Accueil PowerCarp
2634 articles 627 blogs
17985 photos 1413 albums
1 enduros 0 annonces
5063 vidéos 74 lieux

Affichage de la liste des articles sur la pêche de la carpe associés au tag champion

Articles de pêche de la carpe associés au tag champion

Flux RSS des articles de pêche de la carpe associés au tag champion

Coupe de France des clubs 2013

Votez pour cet article:Je vote pour cet article8
Article de TomSuncarpe26 publié le 21 Janvier 2014 à 18:57 dans le blog Session 2009 à 2013
Signaler cet article sur la pêche de la carpe au Webmaster Envoyer cet article sur la pêche de la carpe à un ami par email

Pendant l’assemblée générale de notre club Suncarpe26 du mois de janvier 2013, nous avions décidé de nous inscrire pour le championnat de France de la coupe des clubs 2013.
Cela va se dérouler pas très loin de chez nous, sur trois plans d’eau autour de la ville de Bollène, dans le Vaucluse.

Cela inculque de préparer trois équipes de deux pêcheurs et un capitaine.
En ce début d’année, les esprits sont encore vagues, mais les binômes se mettent déjà en place.
Les binômes seront composés de Denis et Guillaume (n°1), Olivier et moi (n°2), puis Irwin et Pierre-Alain (n°3), avec notre capitaine Xavier.

Les mois défilent à vitesse grand V, pour enfin arriver à la date fatidique du mercredi 16 octobre 2013.

Nous faisons le chemin ensemble pour arriver au QG du GN Carpe, vers 16h.
Nous procédons à la validation des équipes et trinquons avec les participants des autres clubs de France.

En soirée, nous faisons route vers la salle des fêtes du village de Mondragon.
Nous sommes très bien accueillis pour participer au premier tirage au sort.

Dans un premier temps, nous sommes appelés par ordre alphabétique de club. Alors avec notre « S », nous sommes appelés avant-derniers pour définir notre ordre de passage et pour les tirages suivants.

Une fois que les 14 équipes précédentes ont un numéro de passage, c’est Xavier qui plonge la main au sac.
Il fait un bon tirage avec le numéro 5.

Après chaque numéro distribué, nous allons procéder au tirage des secteurs, qui sont déterminés par les trois plans d’eau.
-    Secteur A : plan d’eau du Troplong
-    Secteur B : plan d’eau de Lapalud
-    Secteur C : plan d’eau des Brotteaux

C’est donc en cinquième position que Xavier est appelé à monter sur l’estrade, pour désigner notre sort.
Il tire d’abord la lettre A, cela signifie que notre équipe 1, Denis et Guillaume seront confrontées au plan d’eau du Troplong.
Puis la lettre B, donc Olivier et moi seront sur le plan d’eau de Lapalud, et enfin Irwin et Pierre-Alain aux Brotteaux.

Dans l’ensemble, la répartition des équipes nous convient assez bien.
La plus grande difficulté sera certainement sur le lac des Brotteaux qui est très peu pêché habituellement.

L’attribution des postes par tirage au sort se fera demain matin.

Nous terminons cette soirée par un bon repas mijoté par Pascal Bailleux.
Nous dévorons une gardiane de taureau accompagnée de riz, et finissons par un morceau de tarte aux pommes.

Il est déjà tard, nous regagnons le camp de base monté près du QG.
L’excitation se fait ressentir autour des différentes équipes.

La nuit est assez agitée, mais nous trouvons tout de même le sommeil.

Le réveil des portables sonne à 6h45.
Nous plions les bedchairs pour aller prendre le petit déjeuner.

Vers 7h30, nous recevons la feuille de tirage.
Elle est composée de 16 lignes numérotées de 1 à 16, indiquant les 3 postes attribués au secteur.

Je ne vous mentirai pas si nous avions déjà nos préférences.

8h pétante !

Le capitaine de l’équipe n°1 s’approche du sac contenant les boules.
L’histoire se répète jusqu’à la quatrième, puis enfin, Xavier s’avance pour tirer le numéro magique.
Il tient en sa main le numéro 1.
Après un rapide coup d’œil sur la fiche de tirage, nous sommes satisfaits de ce tirage.

Guillaume et Denis seront sur le poste A1, l’un des cinq meilleurs postes du plan d’eau.
Olivier et moi serons au numéro B6, certainement l’un des trois meilleurs.
Pour Irwin et Pierre-Alain, le poste C12 semble intéressant aussi, en bout de pointe.

Après une photo de groupe, nous grimpons tous dans les voitures pour rejoindre nos destinations.

Une fois sur place, nous découvrons notre poste, en limite de la réserve, côté nord.
Nous avons pas mal de place pour exploiter la surface d’eau qui se présente à nous. Il n’y a pas de concurrent sur la berge opposée.

Nous nous installons confortablement et stratégiquement pour rentrer dans le ring de compétition.


Il est 11h, nous pouvons commencer à sonder notre zone de pêche.

Voici comment se présente notre poste :
Notre bordure plonge rapidement à 7m.
A 30m du bord sur notre droite, nous découvrons un énorme haut-fond culminant à 2m. Certainement une grosse bute de gravier restant de l’exploitation de cette ancienne carrière.

Sur ma gauche, il y a également un plateau avec un point à 5m, puis une décente à 9m en direction de la berge d’en face.
La rive opposée se trouvant à 120m est aussi raide et bordée de roseaux.

Après ce sondage méticuleux, nous préparons les quatre lignes.
Je positionne un montage au pellet de 15mm sur ma gauche en bordure, dans 5m d’eau.
Puis un second à la bouillette Hot Demon de 14mm en bonhomme de neige, sur la pente descendante derrière le haut fond.

Olivier expulse un montage à la bouillette SK30 de 10mm, sur la bordure d’en face. Nous profitons du vent dans le dos pour envoyer des bouillettes au cobra.
Il lance la deuxième ligne sur la droite du haut font.

En fin de journée, nous apprenons que le poste B11 à déjà 5 poissons sur le tapis.
Cela nous fait vraiment cogiter !
Ca part fort pour cette équipe.

La nuit tombe doucement sur cette journée de jeudi.



Le sommeil se fait ressentir vers 22h30.
Je connecte mon réveil toutes les 4h pour changer mon pellet, et allons nous coucher.

A peine le temps de fermer les yeux, le détecteur d’Olivier s’emballe.
C’est la ligne d’en face.

Il établit le contact, mais le poisson se décroche au bout de quelques tours de manivelle.
Grrrrrr !!!! Crotte, crotte … !

Olivier relance aussitôt le montage soigneusement clipper avant. Nous ne voudrions pas pêcher les rats dans la roselière d’en face.
Le vent est encore bien présent, nous permettant de faire un rappel de bouillette.

Les émotions nous tiennent éveillées, le sommeil est dur à trouver.

Minuit sonne !
Suivi en harmonie avec le détecteur de touche à Olivier.

Je sors le premier du biwi et me jette sur la même canne que précédemment. Je ferre et manipule la ligne telle une épée d’escrime. Avec justesse et sans lui laisser de chance.

Je parviens à ramener notre première carpe commune.
Ouf ! La bredouille est déjà sauvée !

Sans perdre de temps, je m’occupe de mettre le poisson au sac de conservation, pendant qu’Olivier réexpédie le montage sur orbite.

Vers 2h du matin, la ligne redémarre à vive allure.
Olivier sort comme une trombe et met fin au sifflement du détecteur.

Il ramène sans trop de difficulté une nouvelle petite commune.
Comme précédemment, je gère le poisson et lui le montage.

A 4h, c’est au tour de ma ligne de droite derrière le haut fond. Je me saisis de la canne et prends contact.
Après quelques tours de manivelle, une jolie petite carpe miroir est emprisonnée dans l’épuisette.

Je replace aussitôt la ligne au même endroit.
Toutes nos lignes sont repérées d’un coup de marqueur noir ou d’un élastique sur le nylon.
Les distances de pêche sont forcément bonnes jour et nuit.

Nous arrivons finalement à dormir sur le matin. Nous n’avons pas enregistré d’autre touche jusqu’à notre levé, vers 8h.

Nous recevons la visite des commissaires pour peser les poissons capturés cette nuit.
Nous avons tout de même une carpe de 6kg qui s’additionne au poids total.

Ce matin, nous apparaissons deuxièmes au classement, derrière le poste B11 et cinquième au classement général.

 

De notre côté, la journée est très calme. Pas moyen de piquer un poisson de jour.

Les émotions de cette journée de vendredi sont tournées vers le plan d’eau du Troplong. Notre équipe Denis et Guillaume enregistre quatre départs.
Avec beaucoup de difficultés dans les herbiers, ils parviennent à sortir deux poissons, de 8 et 13kg.
A leur tour, il rentre à la quatrième place du classement, nous propulsant à la première du général de 20h.

Nous sommes tous remontés comme des horloges.
Il faut garder la tête.

Avant la nuit, nous positionnons deux lignes sur la berge d’en face, avec quelques spombs de bouillettes et de chènevis.

Le soleil bascule peu à peu derrière les collines, laissant place à l’obscurité de la nuit.

Nous sommes aux aguets, prêt à bondir sur les cannes.

Vers 22h, ma canne de gauche déroule.
Je prends contact et ramène une nouvelle petite carpe commune.

Je réexpédie rapidement le montage sur la rive d’en face.

Cette ligne enregistre une nouvelle touche à minuit.
C’est encore une petite commune qui remplit un sac de conservation.

Nous sommes vraiment chauds bouillant pour la suite de la nuit.

Malheureusement, c’est le calme plat jusqu’au lever du jour.
Le plus inquiétant est le nombre de départ que nous avons entendu chez les voisins d’en face, au poste B5.

De plus, nos deux équipes n’ont rien fait cette nuit.

Dans la matinée, le verdict tombe.
Nous sommes plus que troisièmes sur notre plan d’eau, à quelques grammes du poste B5 et à 13kg des premiers au B11, mais à la seconde place du général.

 

Nous misons beaucoup sur Irwin et Pierre-Alain encore capot.
Il suffit d’un poisson pour nous placer premier au classement général.
Pour le moment, aucun club n’est parvenu à prendre du poisson sur les trois plans d’eau.

La tension est à son maximum.
Nous sommes vraiment à rien d’une belle victoire.

Cette journée de samedi est déconcertante.
Rien à faire !
Même avec des bas de lignes décollés de plusieurs mètres, les carpes ne se laissent pas duper.

Notre équipe au poste C12 commence enfin à apercevoir du poisson en activité.
L’adrénaline monte peu à peu avant l’arrivée de la nuit.

Sur notre plan d’eau, il se fait seulement quelques poissons contre la digue au sud.
Mais nous sommes très confiants pour cette dernière nuit, car le vent est maintenant de face.

Nous sommes conscients que tout va se jouer là.

Vers 21h, le détecteur d’Olivier s’emballe violemment.
Il s’agit du montage placé sur notre bordure, à seulement quelques mètres devant nos pieds.

Mon coéquipier engage le combat et je commence à préparer l’épuisette.
Quand soudain !
Mon détecteur de gauche siffle à son tour.

Je lâche tout est me jette sur la canne.

Pendant ce temps-là, Olivier tente d’emprisonner son poisson à l’épuisette, puis c’est le drame !
L’hameçon s’échappe de la bouche de la carpe.
J’espère que le bon Dieu me pardonnera, car j’ai juré plein de vilaines choses.

Je me console péniblement en capturant mon petit poisson.

Nous regarnissons nos cheveux et repositionnons les montages.

A peine une heure plus tard, mon détecteur de gauche émet un bip.
Je me lève brutalement de ma chaise, pour voir ce qui se passe.

Rien, puis mon swinger monte doucement.
Je prends immédiatement la canne en main pour ferrer.

Et là !
Le poisson me lance un rush terrible.
La bobine de mon Emblem tourne à grande vitesse sans que je puisse faire quoique se soit.

C’est avec panique que j’aperçois mon fil encore clippé à la bobine.
Eh oui !
Vu les petites touches précédemment enregistrées, j’avais laissé le nylon clippé après mon lancer sur la berge d’en face.
Quelle erreur !

J’évite le drame de peu. Je m’en sors en arrivant à le débloquer du moulinet, avec le doigt.
Je vois que Dieu m’a déjà pardonné !

Le combat est impressionnant.
Cela n’est certainement pas un poisson de quelques kilos.

Au bout de plusieurs minutes, nous apercevons une lueur blanche près de la surface.
C’est une belle carpe commune, certainement de plus de 10kg.

Encore quelques rushs sur la bordure, puis le poisson glisse à l’épuisette.
Un grand cri de joie sort de ma bouche.

Nous déposons cette belle prise sur le tapis de réception et l’enfermons dans le sac de conservation, avant la venue des commissaires.

Nous recevons leur visite vers 23h30.
Nous tarons le peson et positionnons ce beau poisson dans le sac de pesé.
Une fois le sac suspendu au crochet du peson, les digits se figent sur 11.2kg.


C’est le plus gros poisson pris sur ce plan d’eau.
La joie se fait sentir sur le poste.

Dans la foulée, nous pesons notre deuxième petite carpe à un peu moins de 3kg.

Après le départ des commissaires, l’heure est aux calculs.

Sachant que la moyenne des prises sur ce plan d’eau est d’environ 3kg, notre carpe de 11.2kg en vaut quatre.

Après les diverses additions, nous passons premiers à 3.170kg du poste B11 et premier au classement général.
D’ailleurs, même en étant second, nous devrions être à la première place du général.
 
Cette dernière nuit, l’excitation est à son comble.
Impossible de dormir dans ces conditions.

La première partie de nuit a démarrée en folie, mais certainement trop vite.
Malheureusement, avec grande déception, nous n’enregistrons aucune touche par la suite.

Au lever du jour nous sommes tendus, car le poste B11 a certainement refait quelque chose.

Aux alentours de 8h, une grande nouvelle tombe.
Nous recevons un SMS de Pierre-Alain nous annonçant une prise ce dernier matin.

Nous n’en croyons pas un mot et l’appelons dans la foulée.
Sa voix pleine de bonheur nous affirme rapidement que cela n’est pas une plaisanterie.

Olivier et moi respirons un grand coup et éclatons de joie.
Nous sommes très certainement champions de France.

Vers 8h30, nous recevons les commissaires sur notre ring pour prendre les nouvelles.
Ils n’en savent pas bien plus pour le moment, car ils commencent par nous.

Après leur départ, nous n’attendons qu’une chose.
C’est de voir au loin s’ils s’arrêtent pour peser du poisson au poste B11.

Une demi-heure plus tard, nous voyons un carpiste du poste B11 descendre près de l’eau pour monter un sac de conservation à la pesée.
Ils pèsent une carpe et repartent vers les autres pêcheurs.

J’espère vraiment être premier sur notre plan d’eau.
Il faut que leur carpe fasse moins de 3.170kg.

L’attente des commissaires est longue. Nous sommes stressés de connaître le verdict.
Au bout d’une bonne demi-heure, le jugement va tomber.
La voiture des commissaires s’arrête derrière notre poste et je bondis à leur fenêtre.

C’est avec regret qu’ils nous annoncent que nous sommes 300g en-dessous du poste B11.
Sur le coup, je tire la gueule et suis très déçu.

Ils redémarrent en faisant quelques mètres, puis descendent de la voiture pour me dire que c’est l’inverse.
C’est nous qui sommes devant car leur poisson faisait moins de 3kg.

La supercherie avait bien pris.

Nous éclatons de joie après cette bonne nouvelle.
Nous finissons bien à la première place de ce plan d’eau, à quels grammes du poste B11.

La dernière heure d’attente est longue.
Nous attendons patiemment le coup de sifflet final en rangeant nos affaires.

Les minutes passent et la fin est annoncée par un klaxon.
C’est très heureux que nous levions les bras au ciel. A moins d’un gros changement de dernière minute, nous sommes champions de France.

Nous terminons de plier bagage et nous nous rejoignons tous au plan d’eau du Trop long, pour célébrer cette belle performance.

Nous finissons par regagner la salle Georges Brassens de Bollène, pour la proclamation des résultats et la remise des prix.

Les équipes sont appelées de la dernière à la première place.
Nous arrivons à l’annonce du podium pour les trois premiers.

3ème : Le club “Kolomcarp”
2ème : Le club “carpe club d’Osthouse”
1er : Le club “Suncarpe 26”

C’est avec un grand sourire que nous montons sur la plus haute marche du podium.

 

Ce fut une très belle expérience individuelle et collective.
Nous sommes un club avec un noyau solide et une très bonne entente.

Je crois que cela a vraiment compté tout au long de la compétition.

C’est avec plaisir que nous remettrons notre titre en jeu lors de la prochaine édition.



Thème: Sessions de pêche | Département: Vaucluse (84) Lien permanent | Voir le commentaire
Tags: - -

Qualifs Rhône-Alpes 2011, MANCHE rivière -La Saône

Votez pour cet article:Je vote pour cet article25
Article de couzchain publié le 28 Juin 2011 à 07:05 dans le blog PASSION CARPISTE
Signaler cet article sur la pêche de la carpe au Webmaster Envoyer cet article sur la pêche de la carpe à un ami par email

Les quinze jours qui ont suivi la manche lac furent longs, nous avions hâte de voir ce que le Saône allait nous offrir. Pour ne pas trop être pris au dépourvu le jour J, Lucien et moi avions prévu un petit 24h00 pour nous mettre en condition. Les nouvelles ne sont pas bonnes car entre les conditions météo et une nouvelle frai qui s'annonce les carpes ne sont pas du tout actives. De plus le secteur de nuit est pris d'assaut chaque week-end, les poissons ayant déserté les lieux pour trouver plus de confort et de sécurité sur la berge d'en face, difficile que d'y poser un montage car c'est 200 mètres qui nous séparent. Les qualifications rivière s'annoncent dures et indécises.

                               

Toutes les équipes sont là en ce jeudi 26 mai, nous sommes tirés avant dernier. Les postes censés être plus facile sont déjà loin mais nous avons encore le choix entre un poste hors secteur et un poste sur le secteur de nuit. Tous nos concurrents directs ont choisi le hors secteur car moins pêché et plus sauvage. Nous faisons le contraire et préférons choisir le secteur le plus difficile, nous savons qu'ici un ou deux poissons sont suffisants pour passer et valider notre ticket pour les Championnats de France. Ces 72h00 ne vont pas être des plus tranquilles mais au moins nous allons tout mettre en œuvre pour qu'elles le deviennent.

             

Comme à notre habitude, je m'occupe de la première partie de la rivière et Guillaume s'occupe de l'autre moitié. La pêche à longue distance prendra sur ce poste toute sa plénitude, les carpes ayant tendance à se nourrir très loin de notre berge persécutée par tous types de carpistes.

                              

Nous amorcerons avec parcimonie car les poissons ne sont pas dans un état de se goinfrer mais plutôt à glaner çà et là quelques victuailles.

La topographie du poste, et celle du secteur de nuit en particulier, est loin d'être belle. On est plus dans la monotonie que dans un super lieu à pêcher. Devant nous s'étale une pente douce qui se fini au chenal, vient ensuite une première petite cassure et la deuxième de la berge d'en face. Je dois vous dire que ces deux cassures sont difficilement cernable à la canne car à des distances telles que le marqueur remonte mal. Et encore heureusement que le débit de la Saône est sur off en ce moment.

Les premières heures passent et déjà ma canne de bordure montre les premiers signes de vie. Les brèmes et quelques carassins s'en donnent à cœur joie et viennent cassés la quiétude du reste. L'activité de surface est nulle et seules les nombreuses barges de graviers et sable nous apportent deux ou trois bips régulièrement. Nous savions la Saône difficile depuis samedi mais pas à un tel point. Nous nous employons à faire pêcher les cannes avec différents appâts pour donner aux carpes un large choix.

                            

Il va falloir rester confiant jusqu'au bout. Guillaume s'applique à poser ses montages le plus loin possible de nous car deux ou trois sauts de carpes claquent à quelques mètres de la bordure opposée. Les cannes de 3,75 lbs et la tresse de 14/100 jouent parfaitement leurs rôles et la berge d'en face se rapproche, mais on est encore à 40/50 mètres environ. Les 200 mètres de largeur de Saône sont de plus en plus loin au fil des jours, surtout lorsque l'on voit sauter des carpes.

Nous réussissons finalement à toucher deux poissons le vendredi, un le matin et l'autre en milieu d'après midi, en même temps que des péniches qui passaient. Certainement que le déplacement d'eau a fait bouger le montage de peu et a ainsi déclenché un réflexe alimentaire de la part des carpes. Ils nous suffisent au classement final pour obtenir la première place du secteur et la deuxième au général. Tous les compétiteurs ont eu beaucoup de mal durant cette manche mais n'ont jamais baissé les bras et c'est bien là l'essentiel. La lutte fût indéterminée jusque dans les dernières minutes.

                             

                             

Avec ces deux très belles places nous finirons Champion Rhône-Alpes 2011. Nous sommes heureux et fiers d'avoir défendus les couleurs de Powercarp. Nous remercions Fabien et Adrien, les deux administrateurs principaux de leurs confiances et de leurs encouragements lors de ces qualifications.

 

                               

                               

Place maintenant aux Championnat de France et à l'Alsace. Espérons que le jeu en vaille la chandelle et que l'organisation et les plans d'eaux choisis soient à la hauteur de l'événement.

 

 

Thème: Enduros et compétitions | Département: Ain (01) Lien permanent | Voir les 6 commentaires
Tags: - - -

Qualifs Rhône-Alpes 2011, MANCHE LAC Fin

Votez pour cet article:Je vote pour cet article20
Article de couzchain publié le 2 Juin 2011 à 07:35 dans le blog PASSION CARPISTE
Signaler cet article sur la pêche de la carpe au Webmaster Envoyer cet article sur la pêche de la carpe à un ami par email

Nous sommes un peu dépités mais il est déjà temps de se ressaisir, un Delkim entonne un joli son, nouveau départ. Peut-être le plus joyeux après une série de péripétie mais le plus pénible à vivre. Heureusement le poisson est sociable et nous génère un combat puissant mais en douceur jusqu'à l'épuisette. Je hisse une miroir de 14,030 kg sur le tapis de réception, la joie peut se lire sur nos visages. La carpe synonyme de délivrance et de confiance est maintenant dans le sac de conservation.

Elle confirme notre troisième rang au général, il nous manque moins de 200 grammes sur le poste 13, pour passer deuxième. Elle conforte notre première place du secteur pour une courte durée car le poste 2 sort quant à lui un poisson de 18,880 kg, sa moyenne est plus haute que la notre et nous oblige encore à un petit effort. Nous sommes maintenant avec seulement une avance de 3 kg environ, la nuit va être épique.

Alors que le soleil commence sa descente, Guillaume s'énerve avec la canne à sonder, les herbiers sont de plus en plus denses avec la pression du final qui approche. Je lui évite plus de tension et lui prend la canne, peut-être une sorte de troisième sens qui me dit de le faire. Moins de cinq minutes plus tard je trouve où poser notre quatrième canne, une trouée très dure et prononcée au milieu d'herbiers moyens. Elle n'est pas très grande mais qui plus est à quarante mètres du bord, facilement atteignable. Le montage pêche et une poignée de bouillettes l'accompagne, il est 19h00, la soirée peut débuter.

 

 

A peine le soleil vient-il de disparaitre derrière les arbres que mon détecteur s'emballe, la canne dernièrement placée plie sur une carpe qui je pense correcte. Le poisson nous joue tous les tours possibles pour se défaire de son étreinte, Guillaume aura le dernier mot et j'épuise cette miroir sans mal. Elle nous permet de respirer un peu, elle fait 11,620 kg, et la nuit peut enfin s'installer.

Nous arrivons péniblement à trouver le sommeil et cauchemardons déjà au plus mauvais des scénarios. Mais les bonnes fées sont avec nous et encore cette même canne qui déroule et nous extirpe de nos duvets. La nuit est fraîche et étoilée, le combat peut commencer. La carpe a l'air imposante et je ressens tous les coups comme de véritables runs de tentatives d'évasion. Comme ce poisson est synonyme de sécurité au classement, la douceur est de mise, je me fais un malin plaisir à les déjouer. Un petit quart d'heure plus tard une carpe de 19,160 kg prend place sur le tapis de réception. Quelque chose nous dit que le travail de la nuit est accompli et que plus rien ne peut nous arriver.

 

Au petit matin la joie se lit sur nos visages mais nous ne savons rien de ce qui se passe ailleurs, il nous faut attendre 11h00 pour les premiers échos. Seul le poste 11 et 17 ont pesé du poisson cette nuit, mais combien ?

Au final, nous terminerons deuxième au général avec un peu plus de 100 kg de poissons, avec plus de 30 kg d'avance sur le troisième mais seulement 13 kg de retard sur le premier.

La carpe d'hier nous fait mal et difficile de ne pas y penser. Nous sommes content de cette manche et ne faisons pas la fine bouche car elle nous classe confortablement pour la manche rivière dans 15 jours.

La Team PowerCarp.com est encore en course pour l'Alsace.

 

 

Une belle manche que cette manche sur le plan d'eau de Longeville, avec une moyenne de près de 15,400 kg et une commune de 28 kg, les organisateurs sont aux anges. C'est à ce jour le plus gros poisson fait lors de qualifications aux Championnat de France.

             

 

Thème: Enduros et compétitions | Département: Ain (01) Lien permanent | Voir les 2 commentaires
Tags: - -

Qualifs Rhône-Alpes 2011, MANCHE LAC Part 1

Votez pour cet article:Je vote pour cet article19
Article de couzchain publié le 20 Mai 2011 à 06:38 dans le blog PASSION CARPISTE
Signaler cet article sur la pêche de la carpe au Webmaster Envoyer cet article sur la pêche de la carpe à un ami par email

Le jour J est enfin arrivé, nous arrivons sur les berges du lac de Longeville sur les coups de 6h30. La plupart des concurrents sont arrivés la veille et les quinze équipes sont prêtes à en découdre le plus vite possible. Nous retrouvons des anciens mais aussi beaucoup de nouveaux visages. La pression monte petit à petit et le tirage au sort arrive trop doucement à notre goût. Nous en profitons pour faire un tour de plan d'eau et découvrir les différents postes prévus pour cette manche, nous croiserons fortement les doigts pour que certains ne sortent pas lors de notre passage. Il y sera très difficile d'y faire une carpe sans le bateau. Notre président Dédé se décide enfin à attaquer les hostilités et le tirage peut enfin commencer, Guillaume nous sort le poste 5 et ma frêle main le poste 6. Nous réfléchissons calmement car nous savons que le 5 est un très bon poste, mais ce matin nous avons vu beaucoup d'activité sur le 6, le choix est cornélien. Nous optons tout de même pour une valeur sûre, du moins nous l'espérons, et validons le poste 5.

La pêche se fera à quatre cannes, il faudra faire le bon choix de spot le plus vite possible car il ne sera pas facile de tout exploiter tout de suite. Les cannes sont à l'eau à 10h00, le poste est difficile car les herbiers ont eu la fâcheuse tendance à pousser tôt cette année, les conditions météorologiques clémentes depuis deux mois aidant à cela.

De petites trouées apparaissent au milieu de ces hordes de verdure, la canne à marqueur tourne à son plein régime. Nous trouvons des zones dures et des zones plus molles et y déposons soigneusement nos montages, un petit amorçage concluant le tout. C'est de la pêche en mode chirurgicale que nous commençons, nous aurons le temps de changer de tactique au cas où les carpes ne répondent pas à cette approche.

 

 

Les premiers échos arrivent et nous titillent quelque peu, le poste 6 déroule deux poissons coup sur coup, l'annonce est dure à encaisser. L'activité vue ce matin se concrétise, pourvu que le binôme présent ne continue pas sur cette lancée. Nous apprenons aussi que le poste 13 nous sort une magnifique commune de 28+ et une miroir de 20 kg, des poissons de toute beauté. La manche lac est belle et bien lancée.

Nous n'avons pas le temps de nous lamenter sur notre sort car une de nos cannes déroule, le départ tant attendu est déjà là. Nous sortons une belle miroir de 10,880 kg des eaux du lac, enfin une très belle robe car le poisson est de taille moyenne pour ici. Nous sauvons le capot et c'est bien là l'essentiel.

Nous attaquons la nuit en cinquième position, toujours dans cette optique de pêche en spot avec un amorçage des plus sommaires, moins de dix bouillettes par cannes.

 

La nuit fût étoilée et ponctuée par un départ sur une canne de bordure, résultat 13,190 kg.

Au petit matin nous ne pensons qu'à une chose, que s'est-il passé chez les autres équipes ?

Et bien finalement la nuit a été calme, seul le poste 11, celui de la forêt, déroule quatre poissons et prend la première place au classement général. Le poste 6 est resté muet, soulagement !!!

Nous sommes premier de notre secteur et troisième au général, deux poissons au bout de 24h00, on n'en demandait pas tant. Cette deuxième journée sera déterminante pour la suite des événements.

 

Thème: Enduros et compétitions | Département: Ain (01) Lien permanent | Voir les 5 commentaires
Tags: - -

4 pages  1 2 3 4»

Aide - Config - Logos - Annonceurs - Copyright © 2000-2020 PowerCarp - Tous droits réservés - Contact - Charte - C.G.U. - Nouveautés
Connexion - Inscription - Fils d'information RSS - Dernière évolution: le 2 Avril 2012 - Plan du site - Téléchargements
CarpCup - PowerPredator - PowerAngling
Google
Domaine des Carpes Sauvages