Accueil PowerCarp
2634 articles 627 blogs
17986 photos 1415 albums
0 enduros 0 annonces
5063 vidéos 70 lieux

Affichage de la liste des articles sur la pêche de la carpe dans le 26

Articles sur la pêche de la carpe par département - Drôme (26)

Flux RSS des articles sur la pêche de la carpe dans le 26

Dernière pêche de l'année 2009

Votez pour cet article:Je vote pour cet article9
Article de TomSuncarpe26 publié le 28 Décembre 2009 à 13:52 dans le blog Session 2009 à 2013
Signaler cet article sur la pêche de la carpe au Webmaster Envoyer cet article sur la pêche de la carpe à un ami par email

Nous sommes le samedi 26 décembre 2009.

Malgré un gros rhume, vers 10h, j’appelle Olivier pour une éventuelle dernière pêche de nuit, avant la fin cette année 2009.

Il a déjà convenu de pêcher avec Irwin, Dorian et Manu jusqu’à mardi, sur la retenue du barrage de la Roche de glun.

Je rejoins Olivier sur le poste de pêche, vers 13h30.

Le temps est très agréable, nuageux, mais il n’y a pas un brin de vent. Par contre, le Rhône est en crue, avec une eau café au lait. Le barrage est fermé, ne gênant pas la pratique de notre pêche.

Je travaille le lundi, donc je m’installe à côté de Olivier, pour squatter son biwi et éviter de monter le mien pour une nuit.

Olivier prend le poste de droite, et moi, celui de gauche.

 

PostePoste

 

Je tends deux lignes à la bouillette carnée, présentée en bonhomme de neige, dans 7 et 8m de fond. J’esche les deux autres montages au pellet de 25mm, que je dépose dans 6 et 10m de profondeur.

A cette époque de l’année, les carpes ne s’alimentent presque plus. Elles ingurgitent seulement le nécessaire pour palier à leurs manques d’énergie.

Avec les dernières chutes de neige, l’eau est à 5°C et d’une couleur pas très adéquate pour une pêche de qualité.

 

Installation

 

 

 

 

 

 

Dorian et Manu arrivent dans l’après midi, en s’installant sur ma gauche.

Irwin nous rejoint vers 19h30, après son boulot.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A 20h, le ciel est couvert et la température doit avoisiner les 6°C.

Nous mangeons tous ensemble une paella de chez « boîte de conserve ».

 

 

 Chauffage

 

 

 

 

 

 

 

Nous nous couchons vers 23h, avec le chauffage.

A 2h, la bouteille de gaz est vide, le chauffage se coupe.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vers 5h, Olivier se réveille pour la petite commission. Il sort et s’exclame en disant que tout est givré. Je lève les yeux en l’air et m’aperçois que la condensation sur la toile intérieure de la tente est gelée. Il revient dans la tente et remet le chauffage en route

 

A 6h, je suis réveillé par le son de l’un de mes détecteurs. Je sors en prenant soin de bien m’habiller. Une fois dehors, plus rien …pas un bip !

Mon écureuil de gauche est collé à la canne et la ligne est légèrement décalée sur la droite. Je prends la canne est ferre au cas ou !

Mais je ramène seulement un petit herbier, dommage !

Le Rhône charrie de nombreux troncs et plaques d’herbe. Il y a certainement des vannes ouvertes au barrage.

 

Nous nous levons vers 9h, avec un grand soleil faisant fondre la glace des bouteilles d’eau et de jus de fruit. Pour un bon petit déjeuner, Irwin va chercher les croissants dans le village d’en face.

Avec un bon cacao chaud, cela fait du bien, après une nuit glaciale.

 

Olivier et Irwin
 

Sur 6, il y a 4 vannes ouvertes très légèrement, la surface du Rhône est recouverte de branche et de tronc d’arbre.

 

TroncTronc

 

Je plie bagage vers midi pour laisser plus de place à Irwin.

Par cette belle journée, je leur tiens compagnie jusqu’à 17h.

 

Je solde cette année 2009, par un petit capot, mais un bon moment entre amis.

 

A l’année prochaine !

Thème: Sessions de pêche | Département: Drôme (26) Lien permanent | Voir les 8 commentaires
Tags: -

Record battu carpe miroir 15kg

Votez pour cet article:Je vote pour cet article8
Article de pechecarpe26300 publié le 16 Décembre 2009 à 15:45 dans le blog carpiste26
Signaler cet article sur la pêche de la carpe au Webmaster Envoyer cet article sur la pêche de la carpe à un ami par email

C'est parti pour une journée à chaleyre je part de chez moi a 8h00 et je suis a chaleyre à 8h30.Je dispose mais canne sous un arbre immergé et sur une bande de roseaux.Ma canne de gauche et escher d'une bouillette écrevisse et ma canne de droite d'une bouillette banane de chez starbaits.BBBBBBBBBIIIIIIIIIIPPPPPPP premier d'épart sur ma canne de droite,je prend contact avec le poisson et résultat c'est une petite miroir de 4kg dans l'épuisette.BBBBBBBIPPPPPP deuxiéme d'épart je prend contact avec le poisson et c'est cette fois ci, une commune de 8kg.BBBBBBBBIPPPPPPPPPPPPP troisiéme d'épart incroyable!!!!le combat fut cette fois trés acharné puis au bout de 20min c'est une magnifique miroir de 15kg.J'etait super satisfait car cette carpe de 15KG et mon nouveaux record.

Thème: Sessions de pêche | Département: Drôme (26) Lien permanent | Voir les 4 commentaires
Tags:

Pêche sur le Rhône

Votez pour cet article:Je vote pour cet article14
Article de TomSuncarpe26 publié le 28 Octobre 2009 à 10:58 dans le blog Session 2009 à 2013
Signaler cet article sur la pêche de la carpe au Webmaster Envoyer cet article sur la pêche de la carpe à un ami par email

Nous sommes le vendredi 23 octobre.

Je vais pêcher le vieux Rhône à proximité de Valence, avec deux membres de mon club suncarpe26. 

Il est 16h00, je vois mon Kangoo qui m’attend impatiemment sur le parking du boulot.

 

Je décolle vers 16h30, le coin de pêche est à moins de 15 minutes de mon travail.

Arrivé sur les lieux, il n’y a encore personne. Je m’installe sur un poste que je connais très bien. Au mois de mars, j’y avais fait 2 beaux poissons (voir article).

 

Manu m’appelle pour m’annoncer qu’il arrivera vers 20h.

Pendant ce temps là, je dépose mes lignes à 10m de la berge d’en face, à 200m du bord.

Le vent du nord souffle mais n’est pas trop gênant.

 

 Poste

 

 

 

La première ligne est eschée au pellet de 25mm avec un amorçage de diamètre différent. Le montage est déposé sur une descente en roche. La seconde et la troisième ligne sont à la bouillette scopex et écrevisse, sur le même style de fond en roche. La dernière ligne est aussi au pellet de 25mm mais posée sur du sable.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Plomb

 

 

A cette époque de l’année, les herbiers se décrochent petit à petit pour dériver sur le fleuve. Je pêche à plus de 200m du bord, ma bannière plonge loin et navigue entre deux eaux. Pour être tranquille et pêcher efficacement, je coule mes lignes une quinzaine de mètres après les herbiers. J’utilise un plomb monté sur une agrafe, permettant de plaquer la ligne sur le fond et éviter les obstacles dérivant.

 

 

 

 

 

 

 

 

A 20h, Manu arrive à destination.

Il monte son matériel de nuit et installe son bedchair dans mon biwi. C’est rapide, il n’a que 2 cannes car la troisième est en réparation suite à un anneau cassé.

 

Il lance une première ligne derrière les herbiers, à la bouillette et la seconde à 70m du bord, eschée au maïs allégé.

 

 

 Poste

 

 

 

Un autre membre du club nous rejoint vers 21h00. Dominique s’installe sur le poste d’en dessus.

 

 

 

Après quelques discussions sur la pêche, nous nous couchons vers 23h30.

 

 

 

 

 

 

 

Malgré une grande confiance en ce poste, la nuit est très calme. Pas une touche !

Même les brèmes m’ont laissé tranquille sur les lignes eschées au pellet.

 

En début de matinée, je retends mes cannes de droite et gauche pour changer les appâts.

Mon système pour couler les bannières fonctionne à merveille. Très peu d’herbiers se sont bloqués.

 

Toujours rien de la journée.

Nous avons la visite de Irwin à midi et de Olivier avec sa copine vers 17h.

 

Pour pêcher notre dernière nuit dans de bonnes conditions, nous retendons les lignes vers 17h30.

 

Nous mangeons à 20h et nous nous couchons vers 23h.

Pour être sûr de ne pas pêcher à la goutte d’eau sur le matin, il faudra que je repose mes deux lignes eschées au pellet entre minuit et 2h. Je ne connecte pas mon réveil, j’espère ouvrir les yeux naturellement dans la nuit.

 

A 1h, mon détecteur de gauche sonne à plusieurs reprises. J’attends une touche un peu plus flagrante pour ferrer.

Je sens immédiatement un gros coup de tête au bout de la ligne. Je saute dans la barque avec mon épuisette et dégage les herbiers gênant mon cheminement jusqu’au poisson.

 

Une fois le bateau au dessus de cet ONNI (Objet Navigant Non Identifié), je comprends vite à quoi j’ai à faire. Il s’agit très certainement d’un silure.

L’ONNI se ballade de droite à gauche et me traîne sur plusieurs mètres. Au bout d’un quart d’heure, le poisson monte d’étage en étage, pour finir à la surface.

Je ne m’étais pas trompé !

L’ONNI n’en est plus un !

C’est un beau silure !

 

Je déboîte le manche de mon épuisette pour récupérer le filet. Je m’en sers de gant, pour hisser la bête sur le tapis de réception de la barque.

Après quelques coups de rame, j’accoste sur le poste de pêche. Je sors la bête et la mesure : ~1.70m. Je bats mon record personnel.

Je relâche le silure aussitôt.

 

Je repars poser la ligne et en profite pour faire la même chose avec la canne de droite.

 

Je n’arrive pas à regagner le sommeil, mon détecteur de gauche n’arrête pas de sonner, un bip toutes les 5 minutes. Il doit y avoir des herbiers sur la bannière.

 Poste

 

Au lever du jour, rien de plus, pas une carpe à l’horizon.

 

Je comprends très vite pourquoi ma ligne de gauche faisait sonner mon détecteur. Avec la traction des herbiers, le repère de Manu a dérivé dans mes lignes, en se bloquant dans ma bannière.

Grrrr….. Manu !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après un bon petit déjeuner, nous plions bagage vers 10h, sans laisser une trace de notre passage.

 

 

Kangoo

 

 

Le bilan de cette session est médiocre. J’espérais vraiment faire du poisson.

Seulement un silure pour 3 pêcheurs.

Mais où sont passées les carpes ?

  

 

Thème: Sessions de pêche | Département: Drôme (26) Lien permanent | Voir les 8 commentaires
Tags: - -

Pêche en rivière

Votez pour cet article:Je vote pour cet article12
Article de TomSuncarpe26 publié le 2 Octobre 2009 à 10:17 dans le blog Session 2009 à 2013
Signaler cet article sur la pêche de la carpe au Webmaster Envoyer cet article sur la pêche de la carpe à un ami par email

Nous sommes le 14 septembre. Je vais débuter une session de pêche d’une semaine, en m’installant sur une embouchure de rivière, sur le Rhône, au sud de Valence. Je ne connais pas les lieux, je vais partir à la découverte de ce milieu halieutique.

 

A mon arrivée, je trouve l’endroit magnifique, sauvage et calme.

Malgré un vent du nord soufflant violemment, qui ne va pas me faciliter la pêche, j’ai hâte de poser les cannes.

 

 

Biwi

 

 

 

 

 

 

Je traîne ma barque, charrie mon matériel sur une cinquantaine de mètres et monte mon biwi, pour me protéger du vent.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je connecte mon échosondeur et pars prospecter les fonds de cette rivière. Le lit est juste devant moi, à moins de 10m, avec 3m de fond. La deuxième partie du cours d’eau est moins profonde. Le niveau oscille entre 1.5 et 0.5m d’eau, à travers les herbiers de type « Potamot ».

Mon plan de bataille est déjà établi dans ma tête.

 

De retour sur la berge, je dispose mes cannes sur des piquets, pour exploiter un maximum d’espace.

 

 

PiquetsPoste

 

Vue barque Berge

 

La session commence bien !

Je bois un coup, tranquillement assis sur mon level-chair.

Soudain : plus de barque !

Avec le vent, le piquet n’a pas résisté. C’est la panique !

La barque est en train de dériver sur la bordure, avec mon échosondeur.

Au plus vite, je prends une canne avec un plomb et cours sur le poste 50m plus bas. Par chance, le vent rabat la barque dans les roseaux. Je saute dans le bateau et le ramène au port.

 

Après toutes ces émotions, je pose mes lignes à la rame, à la force de mes petits bras.

Ma tactique est de dresser un barrage d’une rive à l’autre, pour intercepter le passage du poisson.

J’esche : 2 lignes aux maïs, une au pellet et la dernière à la bouillette Scopex.

 

 Touche

 

 

 

 

 

 

 

J’enregistre le premier départ vers 2h du matin. La touche est violente, le détecteur hurle !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il s’agit de la ligne déposée sur la berge d’en face, près d’un herbier, dans 80cm d’eau. Je pars en barque et slalome les obstacles pour prendre contact avec le poisson. Le combat est virulent, le poisson me promène de droite à gauche.

Je sors une miroir de 12kg, piquée sur du maïs allégés. Je mets le poisson au sac de conservation, pour de belles photos.

 

 

 

12kg12kg

 

Vers 5h, la ligne redémarre. Même cinéma !

Après quelques minutes de combat, je sors une commune de 9.5kg.

 

 

 

9.5kg9.5kg

 

A 7h, la pluie fait son apparition.

 

Vers 10h30, rebelote !    

Départ sur la même canne !

Le combat est plus violent que les autres. Au bout d’un bon quart d’heure, je hisse dans la barque, une belle commune de 15kg.

 

 

 

15kg15kg

 

Je suis trempé, la pluie tombe sans interruption.

 

A midi, j’ai la visite de Irwin. Nous allons pouvoir faire de belles photos.

 

 

 

Canne

 

 

 

 

 

 

 

En fin d’après midi, je retends mes lignes en changeant de technique. Le poisson semble se nourrir dans très peu de fond, sur la berge d’en face. Je rajoute une ligne près d’un herbier, dans 0.8m d’eau.

 

 

 

 

 

 

 

 Pluie 

 

 

 

 

 

La pluie ne cesse pas de tomber, je patauge dans ma barque, en guise de piscine.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Avec ce temps de mer… , je ne traîne pas à me coucher, comme les poules.

 

Toujours avec la pluie, je suis réveillé à 6h, par un départ sur la canne de gauche. J’enfile mon imperméable et saute dans la barque avec la canne.

Le poisson ne se laisse pas ramener facilement. Après quelques rushs, je sors une nouvelle commune de 14kg.

 

 

 

14kg14kg

 

La journée est calme, mis à part la visite de mon photographe, Irwin.

 

 

 

 

Spot

 

 

 

 

 

J’en suis à plus de 30h de pluie non-stop, je commence à en avoir ras le bol !

Je tends de nouveau les lignes entre les gouttes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette troisième nuit est calme, pas un bip au petit matin.

Enfin une bonne nouvelle, la pluie a laissé place à un beau soleil.

Je revis !  

Vers midi, juste avant l’arrivée de Irwin, j’ai un faux départ sur l’une de mes lignes tendues en face. Le poisson a traîné le montage sur 1m puis plus rien.

 

 

Grenouille

 

 

 

 

 

 

J’occupe ma journée, à regarder les grenouilles gober les mouches, plutôt drôle !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La quatrième nuit, du jeudi au vendredi, j’enregistre un premier départ à 3h. Je sors une miroir de 12kg. Puis à 6h, je décroche une carpe coincée dans une souche.

Un carassin et une brème viennent me déranger à 8 et 10h.

 

 

 

12kg12kg

 

Cela n’est pas possible !

La pluie reprend de plus belle à 10h.

 

Avec une petite accalmie, nous en profitons pour faire une séance photo, vers 12h30.

 

Pour ma dernière nuit, j’enregistre un départ à 22h, qui se solde par une casse dans les herbiers. Puis à 2h, j’ai une touche sur ma canne de droite. Le poisson a traversé pas moins de 3 herbiers, avec beaucoup de difficultés, je mets au sec une commune de 12kg.

 

 

12kg12kg

 

Au lever du jour, le temps est très humide. Irwin vient prendre les dernières photos avant de reprendre son travail.

Je plie bagage vers 10h, la tente est trempée et mes vêtements sont plein de boue.

 

Malgré un temps compliqué à pêcher avec sérieux, je suis satisfait de mon résultat.

Le coin est très sauvage et les poissons sont magnifiques.

Je reviendrai très rapidement prendre ma revanche face à cette nature pleine de caractère et de surprise.

 

 

Thème: Sessions de pêche | Département: Drôme (26) Lien permanent | Voir les 8 commentaires
Tags:

12 pages  «3 4 5 6 7 8 9 10 11»

Aide - Config - Logos - Annonceurs - Copyright © 2000-2024 PowerCarp - Tous droits réservés - Contact - Charte - C.G.U. - Nouveautés
Connexion - Inscription - Fils d'information RSS - Dernière évolution: le 11 Février 2023 - Plan du site - Téléchargements
CarpCup - PowerPredator - PowerAngling
Google
Domaine des Carpes Sauvages