Accueil PowerCarp
2634 articles 627 blogs
17986 photos 1415 albums
0 enduros 0 annonces
5063 vidéos 70 lieux

Affichage de la liste des articles sur la pêche de la carpe dans le 26

Articles sur la pêche de la carpe par département - Drôme (26)

Flux RSS des articles sur la pêche de la carpe dans le 26

Pêche avec Flo

Votez pour cet article:Je vote pour cet article16
Article de TomSuncarpe26 publié le 2 Septembre 2009 à 15:13 dans le blog Session 2009 à 2013
Signaler cet article sur la pêche de la carpe au Webmaster Envoyer cet article sur la pêche de la carpe à un ami par email

Nous sommes le vendredi 28 août. Je pars pour une session de pêche de 48h, sur la retenue de barrage de la Roche de Glun.

Ce week-end sera un peu particulier : je débuterai la première nuit seul puis je serai rejoint dès le samedi par ma voisine et meilleure amie. Je la laisserai pêcher seule après lui avoir fait une formation accélérée sur les bases de la pêche à la carpe.

 

Je connais parfaitement les lieux, la pêche n’est pas compliquée mais le poisson est très lunatique.

Je dispose mes quatre cannes sur des piquets, pour faciliter l’orientation de la pêche.

 

PiquetPiquet

 

Je dépose en barque une première ligne à la noix tigrée, à 20m, derrière une bande d’herbiers. Une deuxième ligne au pellet de 25mm, à 80m, dans 7.5m de profondeur. Une troisième, eschée à la bouillette en bonhomme de neige, à 10m de la berge d’en face. Et enfin, ma dernière ligne, au pellet, à 60m, dans 6.5m d’eau.

J’ai repéré toutes mes lignes avec des balises lumineuses, pour faciliter la dépose en barque.

 

Il est 20h, le matériel est opérationnel, je peux manger tranquillement.

 

Je me couche vers 23h.

A peine le temps de me plonger dans les bras de Morphée, que l’un de mes détecteurs s’emballe. Il s’agit de la ligne posée à 80m. Le départ est fulgurant, je le stoppe par un bon ferrage. Au bout de quelques tours de manivelle, je prends ma barque pour aller chercher le poisson derrière les herbiers. Après une bonne ballade, je sors une jolie commune de 8kg.

 

Je retends la ligne sur le repère et retourne dans mon couchage.

 

Vers 2h, je suis à nouveau réveillé. C’est ma canne de droite, à 60m, qui déroule ! La touche n’est pas très violente mais le poisson est bien pendu à l’hameçon. Le combat n’est pas virulent, je décide de ne pas prendre la barque et fais traverser le poisson entre les herbiers. Je n’ai pas été surpris du type de poisson dont il s’agissait : un silure ! Encore et encore…

Il est de petite taille, environ 1m.

Je replace la ligne aussitôt. 

 

Dans la journée, le vent du nord redouble de violence. Je fais quelques brèmes et un barbeau.

Vers 16h, je ramène ma ligne située sur la berge d’en face. Le bilan de la première nuit m’indique que le poisson est présent entre 50 et 80m du bord. Je décide donc de déposer cette ligne à 70m, pour multiplier mes chances de touche.

 

Il est 17h, Florence me rejoint et prend connaissance des lieux. Je lui explique les quelques bases de pêche : fonctionnement du moulinet, comment ramener le poisson, …

Nous partons aussitôt déposer la première ligne. Je rame jusqu’au repère, amorce la zone, Flo dépose le montage et tend la ligne jusqu’au bivouac.

Tout se passe très bien, les lignes sont prêtes vers 18h30.

 

Flo est dans les starting-blocks pour faire son premier poisson. Nous en profitons pour déguster une petite Despé bien fraîche.

 

 

Brème

 

 

 

 

La première touche ne se fait pas attendre ! Vers 19h30, pendant notre partie de pétanque, la ligne de droite se détend complètement. Flo s’empare de la canne et ferre le poisson. Nous embarquons et allons chercher le poisson derrière les herbiers. Flo commence « petit » avec une brème de 500 grs.

       

 

 

Nous mangeons vers 20h30, une bonne pizza maison accompagnée d’un délicieux fraisier pour le dessert. Et oui ! On ne s’emmerde pas ! Tant qu’à faire ! (merci à Flo pour ce petit repas)

 

Pendant notre digestion, nous enregistrons un beau départ, sur la ligne à 80m du bord. Cette fois, cela n’est pas la même chose. Le poisson prend énormément de fil, Flo se pose des questions : « comment faire ? ».

Je la conseille et nous prenons la barque. Le combat n’est pas trop long, Flo s’en sort très bien, je n’ai même pas touché la canne.

Que vois- je ? Encore un silure. Il fait 1.30m pour environ 15kg. Je comprends Flo qui ne veut pas le toucher : « sale bête ! ».

Nous faisons quand même des photos à longue distance.

 

SilureSilure

 

Nous regagnons nos duvets respectifs vers 23h30.

 

Notre sommeil est interrompu par le son de mon détecteur de droite. Ne voyant pas Flo arriver, je prends la canne pour commencer le combat. Après être sortie du lit, mis ses baskets, fait ses lacets et mis ses lunettes, je lui passe le relais.

Après notre départ en barque, le combat prend de l’ampleur, Flo a déjà plus de difficulté. Le poisson nous traîne sur plusieurs mètres, de droite à gauche. Au bout de 15mn, je mets à l’épuisette une belle commune. Je suis content de voir que Flo est arrivée à gérer la traque de cette carpe de A à Z.

 

 

10kg

10kg

 

 

 

 

 

Sur la berge, le peson nous indique un poids de 10kg. Nous la mettons au sac de conservation, pour faire les photos dans la matinée.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Brème

 

 

 

 

 

 

 

 

Le reste de la nuit est calme, seule une touche de brème nous réveille vers 7h.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous plions bagage vers 12h.

 

Je suis satisfait de cette session de pêche. En une nuit, Flo a fait un silure, trois brèmes et une belle carpe commune.

Mon but était de lui montrer la pêche de la carpe de nuit, la violence des combats et la sportivité de notre pêche. 

 

Thème: Sessions de pêche | Département: Drôme (26) Lien permanent | Voir les 6 commentaires
Tags: - -

Vacances août

Votez pour cet article:Je vote pour cet article18
Article de TomSuncarpe26 publié le 20 Août 2009 à 07:25 dans le blog Session 2009 à 2013
Signaler cet article sur la pêche de la carpe au Webmaster Envoyer cet article sur la pêche de la carpe à un ami par email

Nous sommes la deuxième semaine du mois d’août, j’ai posé une semaine de vacances pour une session de pêche découverte.

Je pars avec un collègue nommé Irwin, membre de mon club Suncarpe26, pour connaître ses coins de pêche.

Nous débutons le dimanche 9 août en début d’après midi, sur une embouchure de rivière se jetant dans le Rhône au sud de Valence. Le cadre est agréable et ombragé. Après une petite taille des branches gênantes, nous installons notre matériel.

 

BiwiPoste

 

Le lit de la rivière se trouve sur la berge d’en face à 80 m du bord, avec des profondeurs allant de 1.6 m à 3.5 m. Quelques herbiers sont présents dans le milieu du cours d’eau.

 

Eyrieux

 

 

J’exploite le côté droit avec une première ligne sous les arbres à moins de 2 m du bord, une deuxième derrière les herbiers, une troisième dans le lit de la rivière et enfin une dernière sur la bordure d’en face. Pour faire un premier test, sur ce poste qui m’est inconnu, j’ai esché trois lignes aux maïs allégés et une aux pellets.

 

 

 

 

 

 

 

 

 Gauche

 

 

 

 

De son côté, Irwin pêche de la même manière mais avec des lignes eschées à la bouillette.

Après une petite pluie, c’est le calme le plus total, pas de poissons à l’horizon.

 

La nuit tombe et nous nous couchons vers 23h.

 

Mes yeux s’ouvrent, je suis dans le regret de voir le jour déjà présent, il est 8h. Le sommeil a été trop long, nous n’avons pas eu de touche de la nuit.

 

 

La journée passe comme un long fleuve tranquille, manger, sieste, bla bla … trop calme !

Le poisson semble inactif, même les brèmes ou autres blancs ne manifestent pas leurs présences.

Nous ne changeons rien à notre pêche, nous sommes sûrs de notre stratégie.

La nuit tombe sur ce deuxième jour.

 

Comme un film qui se répète, au lever du jour, toujours rien.

Nous décidons de plier bagage vers une autre destination secrète.

 

Irwin m’emmène sur une autre embouchure de rivière, mais les orages de la veille ont gonflé  le cours d’eau de boue.

 

Nous partons alors sur la visite d’une carrière privée inexploitée depuis plusieurs années. Arrivé sur les lieux, je découvre un plan d’eau d’environ 7 ha, entouré d’une végétation très sauvage.

 Poste

 

 

Aucun poste n’est tracé, pas de marque de pêcheur. Nous trouvons un poste à débroussailler pour installer le matériel.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Poste

 

 

 

 

 

 

 

 

Après un massacre à la serpette, roseaux, ronces et troncs d’arbres, nous pouvons enfin poser les biwis et monter le matériel.

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous nous retrouvons devant une île et des tas d’herbiers navigants de gauche à droite en fonction du vent.

Je prends le côté droit en partageant l’île avec Irwin.

 

 

Ilegauche pouzin

 

Droite p

 

 

Je dépose 2 lignes sur le bord de l’île. Pour une bonne présentation du montage, je plante un piquet sur l’île pour pêcher en tyrolienne. Les bords sont très pentus, en orientant la ligne dans l’autre sens, le montage est présenté dans le bon sens de la pente. J’esche une ligne aux maïs et l’autre à la noix tigrée.

Je dépose une ligne sur la berge d’en face dans 1.5 m d’eau, une autre pleine eau dans 4.5 m et une dernière sur la bordure, côté droit dans 1 m de fond. Mis à part la bordure de l’île, les fonds sont très vaseux et envahis par les herbiers.

 

Irwin pêche la bordure et le côté gauche de l’île.

Les poissons-chats sont présents. Seules les graines et les bouillettes flottantes tiennent à leurs voracités.

Après une nouvelle nuit tranquille, vers 7h, j’enregistre enfin un départ sur ma ligne de droite. Je pars en barque débloquer le poisson des herbiers. Je ramène une petite commune de 5kg. Un vrai poisson sauvage qui n’a pas une égratignure.

 

5kg5kg

 

Du côté de Irwin, rien à signaler.

 

En début d’après midi, vers 13h, je vois mon fil présenté en tyrolienne faire du yoyo, puis se tendre pour laisser place à un beau départ. Après un petit slalom entre les herbiers avec ma barque, je me retrouve sans rien au bout de la ligne, quelle déception !

Je replace la ligne et en moins d’une heure, elle repart de plus belle. Cette fois, je mets à l’épuisette une nouvelle petite commune de 4kg.

 

4kg4kg

 

J’en suis à trois départs de petits poissons, sans compter les nombreux carassins.

Y a-t-il du beau poisson dans cette carrière ?

 

 

5kg Dans la deuxième nuit, je fais à nouveau une commune de 5kg. Irwin commence à désespérer, il n’a toujours pas réussi à démarrer une carpe.

 

 

5kg

 

La journée est calme, seule une petite ligne pour pêcher le poisson-chat est active.

 

Le soleil se couche pour laisser place aux animaux de la nuit.

Cette fois, rien de la nuit, pas une touche !

 

Nous décidons de nous orienter vers une autre destination.

Nous décollons vers 10h, pour une expédition en direction du vieux Rhône. Le seul chemin que l’on trouve, nous amène à des pontons utilisés par les bateaux. Nous sommes en plein weekend du mois d’août, il n’est pas question de se mettre ici.

 

Après réflexion, nous partons sur une autre carrière en pêche de nuit. Je ne connais pas les lieux mais Irwin a déjà pratiqué plusieurs sessions de pêche sur ce plan d’eau. Le poisson est de petite taille avec une moyenne à 7kg. J’ai vraiment envie de faire des départs avant la fin de mes vacances.

 

Les lignes sont opérationnelles vers 17h.

 

PostePoste

 

Le premier départ ne se laisse pas attendre. En moins de 2h d’attente, nous enregistrons deux touches en simultané. Je décroche mon poisson au ferrage et Irwin sort une miroir de 5kg.

A la tombée de la nuit, Irwin fait encore deux carpes d’une moyenne de 7kg. Puis dans la nuit, il met à l’épuisette son premier amour blanc de 9kg.

De mon côté, c’est plus calme.

Au petit matin, j’en suis à quatre départs pour deux poissons et Irwin sept départs pour sept poissons.

Pas mal, pour moins de 24h !

 

 

9kg

 

 

 

Dans le reste de la journée, vers 13h, mon détecteur de gauche s’emballe. Après un petit combat, je pose sur mon tapis de réception, une petite miroir de 6kg.

Le soleil est de plomb, l’eau est à 26°C et la température extérieure est au moins de 32°C. Il est bon de se tenir à l’ombre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vers 19h, ma canne de gauche déroule à nouveau, pour piquer une miroir de 7kg. 

 

 

 

 

 

7kg7kg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le soleil se cache, avec grand espoir de voir la température baisser. Les départs s’enchaînent toute la soirée. Je fais trois poissons dont un amour blanc de 10kg et Irwin sort cinq carpes dans la nuit.

Nous plions bagage vers 9h, avant que le soleil nous grille sur place.

 

Le bilan de ces vacances est plutôt pas mal, malgré le manque de poisson.

Je découvre quatre nouveaux lieux de pêche et finis par faire du poisson dans le dernier plan d’eau.

 La fin d’année va être courte pour exploiter ces nouveaux coins de pêche.
Thème: Sessions de pêche | Département: Drôme (26) Lien permanent | Voir les 8 commentaires
Tags:

Du 8 au 12 juin

Votez pour cet article:Je vote pour cet article12
Article de TomSuncarpe26 publié le 18 Juin 2009 à 14:06 dans le blog Session 2009 à 2013
Signaler cet article sur la pêche de la carpe au Webmaster Envoyer cet article sur la pêche de la carpe à un ami par email

Nous sommes le lundi 8 juin. Je pars pour une semaine en session sur le Rhône près de Tournon avec mon ami Christian.

Nous arrivons sur les lieux vers 14h30. J’avais repéré une zone de pêche intéressante la veille. Je me mets d’accord avec Cricri pour connaître son avis.

Le poste laisse de grosses possibilités de pêche et surtout, sa sent le poisson !!

Nous avons une bande d’herbier sur la bordure et une autre à 60m du bord avec un haut fond.

 PostePoste

Christian décide de pêcher en amont dans le sens du courant.

Au premier lancé nous sommes surpris par le courant violent qui se faufile autre les 2 bandes d’herbier. La pêche du haut fond à 60m va être très dure. Mon plomb de 200g descend et fini par se caler dans les cailloux. Mais au bout de 1 heure, la bannière devient très gênante. Elle ramasse les saletés du Rhône.

 

Je prépare ma pêche en 2 zones. Une première de 15 à 25m avec un amorçage pellet et une deuxième de 30 à 50m à la bouillette carnée.

 Pluie

 

La première nuit est chaotique, un orage nous tombe dessus pendant plus de 6h.

Heureusement, pas de touche sous la pluie battante.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vers 4h, j’enregistre le premier départ. Une commune de 10kg.

Puis, plusieurs départs jusqu’au matin 10h avec une moyenne à 10kg. Christian fait moins de touche mais ne se plaint pas du tout avec 3 ou 4 carpes. Pour une nuit, pas mal du tout.

 

La journée est calme, pas de touche mais beaucoup d’activité dans les herbiers. La fraye n’est pas loin. Tous les poissons mis sur le tapis étaient des males pleins de laitance.

 

Le soir arrivé, les départs s’enchaînent jusqu’à 23h. A 2h, avec l’aide de Cricri je sorts 3 carpes en même temps dont une belle miroir de 14.5kg.

 

14.5kg

Je fais encore quelques carpes jusqu’à 9h, puis plus rien.

 

 11.5kg11kg

 

En début d’après midi, vers 13h, ma canne de gauche déroule, je sorts une petite commune de 7kg au pellet. Rebellotte à 14h30 puis toutes les heures. Je fais 7 poissons entre 13h et 19h.

 

 

 14.5kg

 

 

 

 

Dans la nuit, je mets à l’épuisette 2 communes de 14.5kg et 12.5kg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La fin de session reste plutôt calme par rapport au premier 48h.

 

Le vendredi 19 juin à 10h, je fini avec 27 départs et 24 poissons + 2 silures de 1.10m et 1.40m.

Cricri fait environ 18 départs pour 13 poissons et 2 silures de 1m et 1.50m.

 

Plus de 40 départs, enfin une bonne session.

 

 

Thème: Sessions de pêche | Département: Drôme (26) Lien permanent | Voir les 6 commentaires
Tags:

Du 20 au 24 mai

Votez pour cet article:Je vote pour cet article9
Article de TomSuncarpe26 publié le 25 Mai 2009 à 16:37 dans le blog Session 2009 à 2013
Signaler cet article sur la pêche de la carpe au Webmaster Envoyer cet article sur la pêche de la carpe à un ami par email

Nous sommes le 20 mai, le week end de l’Ascension.

Je décolle pour une session de pêche sur le vieux Rhône vers Cornas.

 

Je me prépare à pêcher en solitaire sur une zone très peu visitée par les carpistes. Pour cause, l’accès en voiture est impossible.

 

Je charge ma barque, pour un accostage sur la berge d’en face. En 2 allés retours, le problèmes est réglé.

 

A première vu, le poste laisse pas mal de possibilités de pêche. Une digue de roche se trouvant parallèle à moi à 130m du bord, remontant à moins de 1m de fond.

Une pêche de bordure à 30m entre fond dur et sablonneux.

 

DroiteGauche

 

Je positionne une 1er canne en début de digue sur ma gauche, posée sur une roche dans 4m de fond. Une 2ème canne face à moi dans 6m, au pied de la digue. Une 3ème à 30m dans 4m d’eau entre la limite du fond dur et mou, délimité par un repère lumineux. Et enfin la dernière canne à 20m, dans 3m sur du galet.

Les back-leed sont obligatoires, les bateaux de plaisance sont nombreux et naviguent souvent sans aucun respect de vitesse et s’aventure trop près des berges.

 

Je fini mon installation vers 21h. Enfin un peu de repos.

 

Après un bon repas et une bataille acharnée avec les moucherons, je me couche vers 23h.

 

Il a fallu attendre 6h30 pour entendre l’un de mes détecteurs, une grosse touche retour. C’est le bleu, la 3ème canne au pellet de 25mm posé à 30m. Je mouline, je mouline, je mouline … enfin je prends contact avec le poisson, à moins de 15m du bord. Le combat commence en se baladant de droite à gauche. Je mets une commune de 9.5kg sur le tapis de réception. Je prends une photo comme je peux pour pouvoir illustrer mon article.

9.5kg9.5kg

 

La journée est très calme. Je fais un test au plomb amorçoir et aux asticots. Rien, pas une touche.

 

Je ne change rien pour la nuit.

 

Une nouvelle fois à 6h30, le détecteur bleu s’affole. Je ramène une commune de 12.5kg.

 

12.5kg12.5kg

 

Vers 13h, encore la même ligne, l’écureuil se balance de haut en bas. Je prends contact et m’aperçois vite que cela n’est pas une carpe. Le poisson tiens le fond.

En effet, un silure de 1.30m. Quel merde !

 

Je replace mes lignes vers 17h.

J’enregistre un départ sur ma canne de gauche, eschée à la bouillette, en bonhomme de neige. Je vois le poisson monter sur la digue, les remous en sont significatifs.

Il s’agit d’une carpe de 7kg. Une fo-fole !!

 

A 6h30, une nouvelle fois la même ligne de gauche. Le poisson semble plus intéressant, il sonde lentement le fond. Au bout de quelques minutes, je mets à l’épuisette une belle commune de 15kg.

 

15kg15kg

 

Dans le matin, je prends ma barque pour me balader vers le long de la digue. J’aperçois plusieurs carpes entrain de manger sur la digue, dans moins de 50cm d’eau.

 

De mon poste, il m’est impossible te tendre une ligne dans moins de 1m de fond sur la digue. J’aurai un départ au premier bateau traversant le Rhône.

 

Poste Piquet

 

Vers 10h, je prends 2 cannes avec des bouillettes flottantes. Je traverse pour m’installer en face, à moins de 30m de la digue.

Je pose délicatement les montages à vu, sur les roches les plus plates possibles.

Mais rien de plus, les garces !

 

Vers 17h, je retourne au campement afin de positionner les ligne pour la nuit.

 

 au revoir

 

 

 

 

A 2h00, je fais un nouveau poisson sur la canne à 30m du bord. Une commune de 11kg.

 

 

 

Il est 10h, je commence à plier le campement pour faire un premier voyage en barque.

Arrivée en face, je charge mon Kangoo et discute avec des Portugais très sympathiques. Je leurs explique ma pêche et leurs montre quelques astuces pour prendre de la carpe. Bien sur ! je me suis bien renseigné qu’ils pratiquent le No-kill.

 

De fil en aiguille, je me fais payer une petite bière fraîche suivi d’un barbecue.

Trop cool !

 

Vers 13h, je regagne le reste du campement. Je prends une nouvelle fois 2 cannes pour essayer de capturer une carpe sur cette digue. Cette fois, je convoite la pêche au maïs doux.

 

A 14h, tout est Ok.

Toujours rien à 15h, je vais jeter un œil à mes montages. Je comprends vite. Le va et vient des bateaux chasse mon amorçage et fait tomber mes plombs dans les failles.

Je décide de plomber très lourd, 200g.

Vers 16h, ma canne de gauche se courbe, enfin un départ !

Je ramène une petite commune de 7kg.

Objectif atteint ! j’en ai eu une ! 

 

A 17h, rebellotte, je fais une nouvelle commune de 9kg.

 

Vers 18h, je plie bagage pour de bon.

 

Malgré une pêche de 4 jours seul, j’ai passé un très bon moment. Le défit est relevé avec une belle commune de 15kg et 2 poissons sur la digue en journée.

Thème: Sessions de pêche | Département: Drôme (26) Lien permanent | Voir les 2 commentaires
Tags: -

12 pages  «4 5 6 7 8 9 10 11 12»

Aide - Config - Logos - Annonceurs - Copyright © 2000-2024 PowerCarp - Tous droits réservés - Contact - Charte - C.G.U. - Nouveautés
Connexion - Inscription - Fils d'information RSS - Dernière évolution: le 11 Février 2023 - Plan du site - Téléchargements
CarpCup - PowerPredator - PowerAngling
Google
Domaine des Carpes Sauvages