Accueil PowerCarp
2634 articles 627 blogs
17986 photos 1415 albums
0 enduros 0 annonces
5063 vidéos 70 lieux

Affichage de la liste des articles sur la pêche de la carpe dans le 26

Articles sur la pêche de la carpe par département - Drôme (26)

Flux RSS des articles sur la pêche de la carpe dans le 26

Retour sur le vieux Rhône

Votez pour cet article:Je vote pour cet article12
Article de TomSuncarpe26 publié le 22 Mars 2010 à 11:14 dans le blog Session 2009 à 2013
Signaler cet article sur la pêche de la carpe au Webmaster Envoyer cet article sur la pêche de la carpe à un ami par email

Nous sommes le vendredi 12 mars 2010.

Pour donner une suite à ma jolie pêche du 19 février avec mon club Suncarpe26, j’ai décidé de retourner sur les berges du Rhône, près de Cornas.

Je vais partir pour 48h de pêche non-stop, sur le même poste que la dernière fois.

 

Il est 17h, je quitte le boulot avec la barque attelée au Kangoo.

J’arrive sur place vers 17h15, les berges sont désertes. Il fait très beau, mais le vent du nord glacial est encore fortement présent.

Comme d’habitude, je décharge la barque et installe mon matériel.

 

PostePoste

 

 

Spot

   

 

 

Par manque de temps, avant la tombée de la nuit, j’utilise les piquets munis des détecteurs de touches, de la semaine dernière.

J’installe mon nouveau joujou sur la barque. Un petit moteur thermique de 2.5cv, qui me permettra de faire face au vent et gagner un temps précieux avant la nuit noire.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

appât

 

 

 

 

 

 

Les cannes sont prêtes, avec quatre lignes eschées au pellet de 25mm et quatre chaussettes solubles de pellet en 7 et 15mm.

Je tends mes lignes de la même manière que la dernière fois. Toutes sur la berge d’en face, dans les descentes de roches.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Par précaution, j’utilise le moteur jusqu’à 30m de la zone de pêche et finis à la rame, pour ne pas effrayer les carpes qui peuvent être déjà présentes sur le coup.

 

Les lignes sont opérationnelles vers 18h30, juste avant la nuit.

Il fait déjà très froid et le vent glacial amplifie le phénomène.

 

Je m’abrite dans le biwy avec le chauffage et mange un morceau vers 20h. Il est dur de faire une pêche en solitaire dans cette période hivernale. J’écoute de la musique et me couche à 22h30.

 

Je suis réveillé par quelques bips intempestifs, dus au vent qui souffle dans mes bannières.

Puis à 5h, l’écureuil de ma canne de gauche descend. Pendant que je sors de ma tente, le détecteur s’emballe, le départ devient violent.

Je prends la canne et ramène doucement un petit poisson naviguant de gauche à droite. Je pose sur le tapis de réception, une petite carpe commune de 6kg.

Je la relâche aussitôt, sans prendre de photo.

 

Je replace la ligne à la rame, sans utiliser le moteur, pour me faire le plus discret possible.

 

Je me lève à 9h, avec un bon petit déjeuner.

La matinée est plutôt calme, j’en attendais beaucoup mieux.

 

Je passe le début d’après midi sur ma barque, avec mon écho-sondeur. Je repère quelques zones intéressantes, avec plusieurs digues de roches immergées.

 

Pour la deuxième nuit, Seb me rejoint vers 15h.

Il s’installe cinquante mètres plus bas, pour que l’on puisse passer la soirée en commun.

 

Je retends mes lignes vers 16h, avec l’aide de mon moteur, pour affronter ce vent de mer...!

 

Je mange avec Seb sur les coups de 20h, puis il regagne son couchage vers 22h.

 

Le vent souffle en rafale toute la nuit, sans relâche.

 

 

 

8kg

 

 

Je suis réveillé vers 3h, une nouvelle fois par ma canne de gauche.

Je saisis la canne et prends contact avec le poisson. Cela n’est pas très violent. C’est en arrivant au bord, que je commence à ressentir quelques rushs dans le scion de ma canne. Mais sans difficulté, je glisse à l’épuisette une carpe commune de 8kg. Je fais simplement quelques photos sur le tapis.

Je profite d’une petite accalmie de vent, pour retendre la ligne à la rame.

 

 

 

 

 

 

J’ai à peine le temps de me rendormir, que ma deuxième ligne de droite déroule à son tour. Après un petit combat sympathique, je sors une nouvelle commune de 9kg.

Je retends la ligne aussitôt.

 

 

 

 9kg9kg

 

 

Au lever du jour, c’est l’écureuil de la deuxième canne de gauche qui fait une chute vertigineuse. Je prends le canne et mouline pour tendre la ligne jusqu’au contact. J’ai beau tirer, rien ne vient !

La ligne est bloquée dans les roches. Je saute dans la barque pour décoincer le montage. Malheureusement, le poisson s’est libéré de l’hameçon.

 

Pendant la nuit, Seb fait une décroche, sur un petit poisson.

 

Nous plions vers 10h, pour laisser la nature reprendre le cours de sa vie.

 

Je devrais être satisfait de cette pêche pour un mois de mars encore très froid. Mais je suis un peu déçu de ne pas avoir dépassé les 10kg. Enfin, 4 départs sur le Rhône, dans une eau à 7°C, je ne vais pas m’acharner sur mon sort.

   
Thème: Sessions de pêche | Département: Drôme (26) Lien permanent | Voir les 8 commentaires
Tags: -

Plan d'eau

Votez pour cet article:Je vote pour cet article13
Article de TomSuncarpe26 publié le 10 Mars 2010 à 11:20 dans le blog Session 2009 à 2013
Signaler cet article sur la pêche de la carpe au Webmaster Envoyer cet article sur la pêche de la carpe à un ami par email

Nous sommes le 5 mars 2010.

Je m’apprête à pêcher sur un plan d’eau, près de Valence (26 Drôme).

 

Il est encore très tôt dans la saison, pour affronter les carpes de ce plan d’eau, réputé déjà très dur en saison estivale. Mais j’aime le goût du risque et surmonter les difficultés.

Cette étendue d’eau réserve de bonnes surprises, avec à la clé, de très beaux poissons.

 

J’arrive sur place le vendredi soir vers 17h20. Il fait froid et le vent du nord glacial ne facilite pas les choses.

Je vais traquer ces dames carpes sur le côté sud du plan d’eau.

 

Poste

J’installe mes cannes sur des piquets, pour faciliter la mise à l’eau de ma barque.

 

D’habitude, il est impossible de pêcher à la bouillette ou au pellet, car ce plan d’eau est infesté de poissons chats, mais avec une eau à 6°C, ils doivent être bien envasés.

 

Je tends ma première ligne avec une esche au pellet de 25mm, additionnée d’une chaussette soluble, à base de pellets de plus petites tailles. Je dépose ce montage dans 3m de profondeur, sur une descente de gravier.

La seconde ligne est eschée à la noix tigrée équilibrée. Je dispose le montage dans 2.5m d’eau, sur la bordure de gauche.

Je présente la troisième ligne de la même manière que la première, dans 2m d’eau, sur la bordure de droite.

Et enfin, la dernière ligne, je garnis le cheveu à la bouillette ananas, en bonhomme de neige avec une fluo pop, muni d’une chaussette soluble à base de bouillettes coupées en deux. Je dépose le montage dans 4m de profondeur, sur une descente de sable, devant une arrivée d’eau.

 

Piquet

 

Sur ce plan d’eau, je vise essentiellement les bordures. Le milieu du lac est beaucoup trop vaseux.

 

Cela m’a pris beaucoup de temps, les lignes sont à longues distances. J’ai beau être un expert à la rame, la nuit m’a rattrapé.

Je monte mon biwy à la lampe frontale, par –2°C, avec une bise pas très agréable.

 

Enfin le réconfort, je dévore un bon repas avec de la musique, devant le chauffage.

 

 

 

 

Je suis fatigué, je me couche vers 22h30.

 

J’ouvre les yeux vers 7h30, le soleil est déjà levé. J’ai bien dormi, même beaucoup trop, pas un bip de la nuit.

 Pompier

Il fait un temps splendide, un grand soleil, de quoi peaufiner mon bronzage hivernal.

A titre d’occupation, en fin de matinée, sur la berge d’en face, j’observe un exercice de pompier.

 

 

 

Guillaume me rejoint en début d’après midi. Il décide d’exploiter le côté nord du plan d’eau.

 

A 16h, je retends mes lignes au même endroit que la veille.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cygne

  

A 19h, j’invite Guillaume dans mon humble demeure, avec chauffage et apéro. Nous refaisons le monde et discutons de nos futures destinations de pêche 2010, en grignotant des amuses gueules.

Cette nuit, il fait encore très froid.

Nous nous couchons vers 23h.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une nouvelle fois, je ne suis pas dérangé de la nuit.

Je déjeune et vais à la rencontre de Guillaume pour prendre les nouvelles.

Comme moi, RIEN !

Je commence à plier bagage vers 9h30, quand soudain…

Guillaume arrive en trombe derrière moi, « viens m’aider ! »

 

Il m’explique la situation.

Au moment de retirer ses lignes, l’une d’entre elles, était bloquée dans un herbier. Il a pris le bateau, en s’apercevant un peu tard, qu’un beau poisson était piqué à l’hameçon. Sans épuisette, c’était mission impossible. Donc il revient rapidement sur la berge.

 

Je le rejoins à ce moment-là.

On part en bateau pour affronter ce monstre.

 

Au bout d’un quart d’heure, le poisson glisse à l’épuisette.

Une fois sur la berge, le peson indique 19.2kg.

Une très belle carpe commune.

 

Nous pouvons finir de plier sereinement, avec l’objectif atteint à la dernière minute.

Il est temps, la neige commence à tomber.

 

Je connaissais la difficulté de ce plan d’eau à cette époque. Même si je rentre capot, je suis content d’avoir vu une belle carpe. On ne peut pas gagner à chaque fois.

  
Thème: Sessions de pêche | Département: Drôme (26) Lien permanent | Voir les 9 commentaires
Tags:

Vieux Rhône

Votez pour cet article:Je vote pour cet article13
Article de TomSuncarpe26 publié le 26 Février 2010 à 12:49 dans le blog Session 2009 à 2013
Signaler cet article sur la pêche de la carpe au Webmaster Envoyer cet article sur la pêche de la carpe à un ami par email

Nous sommes le vendredi 19 février 2010.

Avec mon club Suncarpe26, je vais participer à notre première pêche en commun.

Notre lieu de rendez-vous est le vieux Rhône, sur le parcours de pêche de nuit, de la commune de Cornas.

 

Je suis au boulot, en voyant la pluie tomber sans relâche.

Je regarde à plusieurs reprises la météo sur Internet, qui annonce le beau temps en fin d’après-midi. Je croise les doigts toute la journée pour que les prévisions soient correctes.

Vers 16h, la pluie cesse de tomber, à l’abri des regards, je bondis de joie dans mon bureau.

 

Je ferme la porte de ma production vers 17h, pour rejoindre les berges du Rhône.

 

J’arrive un quart d’heure plus tard. Pierre-Alain (‘Nouveau’ pour les intimes) est déjà sur place depuis 15h. Le fleuve est très beau à pêcher, je ne pensais pas le trouver dans cet état, après les dernières pluies.

« Nouveau » a déjà deux lignes tendues sur la berge d’en face, à plus de 150m, sans avoir une dérive de la bannière.

 

 

 

 

Je m’installe à toute vitesse à côté de lui, avant la nuit noire.

Je connais le poste par cœur. Ma dernière pêche sur ce poste, remonte au 23 octobre 2009 (voir article).

 

Je mets la barque à l’eau et installe mon matériel, à droite de « Nouveau ».

 

 

 

 

Installation

 

 

Biwy

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Pellets

 

 

J’esche quatre lignes au pellet de 25mm de chez SaôneCarp, trempés dans le BHA de chez BigCarp.

Pendant le trempage, je prépare cinq chaussettes solubles, composées de pellets en 7 et 15mm.

 

 

 

 

 

Trempage

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Esche

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je dépose à la rame, mes quatre lignes sur la berge d’en face. Deux lignes sur une descente de roches, à 170m et les deux autres sur du galet, à 140m du bord.

 

Pour cette première nuit, nous sommes neuf pêcheurs du club, répartis sur 600m de berge.

 

 

 

 

Vers 20h, nous faisons un petit apéro sur mon poste de pêche, représentant le milieu du secteur.

Nous regagnons nos tentes vers 23h30, pour faire de beaux rêves.

Il gèle (-1°C), j’en profite pour mettre le chauffage en route. La température ambiante du biwy s’élève vite à 18/20°C, de quoi passer une bonne nuit.

 

A 4h30, j’entends une voiture démarrer.

Et oui ! Pas de chance !

C’est « Nouveau » qui part au travail. Il sera de retour pour 12h30.

 

Je ne traîne pas à me rendormir après son départ.

 

14.5kg

 

A 6h30, le son de mon détecteur de droite me sort du coma.

Je mets mes chaussures , mon blouson et quitte la tente à toute vitesse vers la batterie de cannes. Le poisson ne prend plus de fil, mais l’écureuil fait encore du yoyo.

Je saisis la canne et ferre le poisson. Le combat n’est pas violent, je ramène doucement une masse lourde. Je traverse quelques herbiers et sens enfin un ou deux coups de tête.

 

Dans la lueur de ma frontale, je distingue bien une carpe, je dirai même un beau poisson.

 

 

14.5kg

 

 

 

 

 

 

Je hisse ce spécimen au fond du filet de mon épuisette.

Lors de la pesée, l’aiguille de mon peson se stabilise sur 14.5kg.

Une belle carpe commune, avec une petite queue, typique des poissons de ce poste de pêche.

 

Je mets cette carpe dans un sac de conservation et replace ma ligne en barque.

 

 

 

 

 

 

Je finis ma nuit et me lève vers 9h30. Après consultation des autres pêcheurs, je suis le seul à faire un poisson. Dominique et Olivier manquent une touche chacun.

 

 

 

Vers 12h30, au pied de mon rodpod, en discussion avec les jeunes du club, notre conversation est coupée par un départ, sur ma deuxième canne de gauche. Avec leurs encouragements et l’arrivée de « Nouveau », je ramène une nouvelle carpe commune de 7.5kg. 

 

7.5kg

7.5kg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans la foulée, un autre écureuil descend doucement, puis plus rien. Je retends la ligne en tournant la bobine de mon moulinet. A peine deux minutes plus tard, rebelote, la ligne se détend. Cette fois, je prends la canne en main et ferre.

Le montage est bloqué dans les roches. Je pars rejoindre le montage en barque, avec mon tapis de réception et l’épuisette.

 

 

Pendant ce temps-là, « Nouveau » relève ces lignes, et comme moi, se bloque dans les roches.

Lui aussi, il prend son zodia

 

Quand j’arrive au-dessus du plomb, le montage se débloque. Il y a bien un poisson, une petite carpe commune.

Soudain, à 80m derrière mon dos, j’entends crier « Nouveau », « j’en ai une ! »

Je rame à son secours, car il est parti sans épuisette.

Après un combat en bateau, je mets une belle carpe commune dans le filochons.

 

 

Pour le retour, je m’accroche à son zodiac et il fait tourner son moteur électrique à fond.

 

Une fois les pieds sur la terre ferme, nous pesons le bébé avec sa maman.

Un poisson de 3kg pour moi et une jolie carpe commune de 14.5kg pour « Nouveau ». La séance photo est sympathique.

 

 

 

 

3kg14.5kg et 3kg

 

 

Après toutes ses émotions, nous dégustons un bon barbecue autour d’un verre.

Le temps est splendide, digne d’un mois de printemps.

 

Dans l’après-midi, Seb et Irwin nous rejoignent en s’installant sur les postes disponibles.

 

 

Vers 16h, je retends mes lignes avec le même schéma technique que la veille. On ne change pas une équipe qui gagne !

 

 

 

 InstallationPose

 

En soirée, sur les coups de 19h30, nous nous réunissons à nouveau autour d’un feu de bois. Nous mettons quelques morceaux de viande à griller, pour un bon festin.

 

Je quitte le foyer aux alentours des 23h, pour rejoindre mon poste de pêche, il fait –2°C.

J’ai tout juste le temps d’arriver pour poser mon levelchair, que mon détecteur de droite s’emballe.

Quelle chance ! Les poissons m’ont senti arriver.

 

 

9.5kg

 

 

Pendant le combat, j’entends l’un des détecteurs de touche de « Nouveau » faire des siennes.

Il a certainement un poisson de pendu ! C’est ballot !

Il est encore au camp, en train de se remplir la panse.

Sur mes cannes, sans trop de difficultés, je ramène une commune de 9.5kg.

 

 

 

 

 9kg et 9.5kg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je me dépêche et saute sur la batterie de « Nouveau ». Je sors la petite sœur de ma carpe. Une commune de 9kg.

 Je retends ma ligne et gagne mon biwy avec le chauffage.

 

 

 

 

18kg

Au petit matin, mon sommeil est interrompu par un gros sifflement. Ma deuxième ligne de droite déroule à toute vitesse. Je sors de ma tente et mets fin à ce bruit infernal.

Le combat débute avec quelques coups de tête et une navigation de droite à gauche. Le poisson finit par zigzaguer entre mes lignes. Je saute dans la barque pour ne prendre aucun risque. Le spécimen se bat énergiquement, mais déclare forfait au bout de plusieurs minutes. Je glisse le poisson à l’épuisette. C’est en soulevant le filet, que je prends conscience de la belle taille de cette carpe.

 

De retour sur la berge, l’aiguille de mon peson se fige sur 18kg. Mon sourire en dit long sur ma joie.

 

 

 

 

   18kg

18kg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pendant la mise au sac de conservation de ce beau poisson, nous voyons un départ en direct sur la batterie de « Nouveau ».

Il ferre et sort une jolie commune de 10kg.

18kg et 10kg

  18kg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous déjeunons vers 9h, avec un cacao chaud et de la brioche.

 

Mais ce n’est pas fini !

Juste avant de plier bagage, à 11h, c’est mon moulinet de droite qui déroule. Un beau départ !

Une fois la canne en main, je m’aperçois que le poisson est prisonnier dans les roches. Je me jette dans la barque avec Olivier, pour délivrer ce poisson.

Arrivé au  dessus, la ligne se débloque sans problème pour laisser place au combat. Il est de courte duré, la carpe monte à la surface et glisse dans l’épuisette.

 

Cette dernière carpe commune pèse 5kg. Sympathique pour finir la session.

 

 

 

5kg5kg

  

Je plie le matériel vers 13h pour céder ma place aux petits jeunes du club. Les veinards, ils sont en vacances.

Je leur explique ma technique de pêche et leur indique où tendre les lignes.

 

Pour finir avec la cerise sur le gâteau, je reçois un coup de fil de mon frère, qui m’annonce que je suis tonton. Une jolie petite fille de 3.180kg, nommée Alicia.

 

Je suis plus que satisfait de cette session de pêche avec mon club. Je pose six poissons sur le tapis, dont deux belles carpes communes de 14.5kg et 18kg.

La saison 2010 démarre bien.

 

  
Thème: Sessions de pêche | Département: Drôme (26) Lien permanent | Voir les 12 commentaires
Tags: - -

Première de l'année 2010

Votez pour cet article:Je vote pour cet article17
Article de TomSuncarpe26 publié le 8 Février 2010 à 16:46 dans le blog Session 2009 à 2013
Signaler cet article sur la pêche de la carpe au Webmaster Envoyer cet article sur la pêche de la carpe à un ami par email

Nous sommes le 29 janvier 2010.

Je vais effectuer ma première pêche de l’année, sur la retenue de barrage de la Roche de Glun, avec une partie des membres de mon club Suncarpe26.

 

A cette époque de l’année, il ne faut pas s’attendre à des miracles.

En connaissant parfaitement les lieux, je sais pertinemment que les touches seront rares ou même absentes, mais l’avantage sera peut-être d’attraper un poisson record.

 

C’est vendredi, il est 16h15, je décolle de mon bureau.

J’arrive sur mon terrain de jeu vers 16h40, il n’y a pas un chat !

A croire que je suis le seul malade, à aller au bord de l’eau à cette époque.

 Poste

 

 

 

 

Il commence à tomber quelques gouttes de pluie. Je mets la barque à l’eau et monte mon biwy en quatrième vitesse.

Heureusement, la pluie n’est pas violente et le vent du sud est très faible.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chaussette

 

 

 

 

 

 

 

J’installe le reste du matériel et prépare trois chaussettes solubles aux pellets de 7 et 15mm, puis une à la bouillette carnée SK30 de chez Starbait.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je vais déposer la première ligne de droite.

Le montage est esché au pellet de 25mm boosté au BHA de chez Big Carp. Je rajoute une chaussette soluble sur l’hameçon et présente la ligne sur un haut fond à 100m du bord, près d’un herbier dans 1.80m d’eau.

La seconde ligne est eschée de la même manière. Je la dépose à 150m du bord, dans 5.5m de fond, sur la pente du haut fond.

La troisième ligne est à la bouillette SK30, en bonhomme de neige. Je la dépose avec une chaussette soluble, dans 6.5m de profondeur, à 160m du bord, derrière la deuxième canne.

Pour la dernière ligne, j’utilise les mêmes appâts que les deux premiers montages. Je la dispose dans 4m de fond, sur la gauche du plateau.

 

Batterie

 

 

 

 

 

 

 

Il est 18h20, je finis tout juste d’installer les cannes avant la nuit noire.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Par chance, il ne fait pas trop froid ~6°C.

Je mange un morceau vers 20h et m’allonge avec la musique dans les oreilles.

Je suis seul pour la première nuit, je me couche comme les poules.

 

Vers 7h30, je suis réveillé par une, puis plusieurs voitures passant derrière mon biwy.

Je sors la tête de ma tente et aperçois un attroupement de pêcheurs au coup, autour d’une table avec du vin blanc et un casse croûte.

Je vais à leurs rencontres pour connaître leurs intentions. Ils sont présents pour un petit concours au coup.

En moins d’une heure, je suis cerné par de longues cannes en carbone.

 

Pendant mon petit déjeuner, le deuxième détecteur de droite sonne une fois, Bip !

Puis l’écureuil fait une chute vertigineuse. Je m’empare de la canne et prends contact avec le poisson. Je ne pense pas qu’il s’agisse d’une carpe, mais le poisson se bloque dans les herbiers. Je pars en barque et sors ma première brème de l’année.

 

Vers 11h30, je reçois la visite de ‘nouveau’, notre nouveau trésorier. Monsieur arrive en costard cravate, en sortant de son boulot. Cela ne rigole pas !

 

A 13h, Dominique me rejoint et s’installe 200m plus haut. Quelques minutes plus tard, Irwin arrive pour se poster à côté de moi.

 

Après une discussion avec les pêcheurs au coup, j’apprends qu’ils sont tous bredouilles, pas une touche !

Ils sont désespérés !

 

Quand tout à coup... Mon détecteur de gauche me signale une touche retour. Je prends la canne en main et ferre comme il se doit. Je m’aperçois vite qu’il ne s’agit pas d’une carpe, sans trop de difficulté, je ramène un carassin.

Je suis prêt à l’offrir à l’un des pêcheurs au coup, mais personne n’en veut.

Je suis moqueur, hi hi hi !

 

Vers 14h30, Seb, Guillaume et Olivier arrivent successivement pour prendre un poste près de Dominique.

 

Dans l’après midi, je reçois la visite de Flo, touchée par un gros ‘rhube’.

Je lui propose une ballade en barque et en profite pour retendre mes lignes.

 

A partir de 18h, Irwin et moi montons voir les autres, pour un petit apéro et discuter de l’organisation de notre enduro, pour le week-end de Pâques (du 2 au 5 avril).

 

Nous revenons sur notre poste de pêche vers 22h. Je découvre mon tapis de réception complètement gelé. J’installe immédiatement mon chauffage pour passer une bonne nuit.

Vers 23h, j’entends un petit bruit bizarre sur ma toile de tente. Pas la peine de sortir la tête dehors, je comprends très vite qu’il est en train de neiger.

 

A 1h, mon détecteur de gauche me sort du sommeil. Une nouvelle touche retour !

Je mets mon blouson et bondis sur la canne pleine de neige.

Certainement encore un blanc !

Je n’arrive pas à le ramener du bord, les herbiers sont vraiment tenaces. Je prends la barque et fais une trentaine de mètres.

Quand soudain… J’entends l’un de mes détecteurs s’emballer, biiiiiiiiiiiip !

Je crie pour dire à Irwin d’aller ferrer. Il s’empare de la canne et commence le combat.

Après plusieurs grands coups de rames, il me passe la canne.

 

Pour ne prendre aucun risque, je pars en bateau avec mon épuisette.

Le combat n’est pas violent, mais cette fois, il s’agit bien d’une carpe.

Je hisse une jolie commune sur le tapis de réception de ma barque.

 

 

12kg12kg

 

Je décide de garder le poisson au sac de conservation, pour de belles photos sur la neige.

 

Au petit matin, je suis obligé de plier bagage assez rapidement. J’ai un match de tennis à 10h. Ne connaissant pas l’état des courts avec cette neige, je fais comme si le match avait lieu.

 

Tous mes collègues de pêche sont capots, pas une touche, dur, dur l’hiver !

 

Avant de partir, je m’occupe de mon poisson.

Le peson m’indique un poids de 12kg.

Après quelques photos, je relâche ma première carpe de l’année 2010.

  
Thème: Sessions de pêche | Département: Drôme (26) Lien permanent | Voir les 9 commentaires
Tags: - -

12 pages  «2 3 4 5 6 7 8 9 10»

Aide - Config - Logos - Annonceurs - Copyright © 2000-2024 PowerCarp - Tous droits réservés - Contact - Charte - C.G.U. - Nouveautés
Connexion - Inscription - Fils d'information RSS - Dernière évolution: le 11 Février 2023 - Plan du site - Téléchargements
CarpCup - PowerPredator - PowerAngling
Google
Domaine des Carpes Sauvages