Accueil PowerCarp
2634 articles 627 blogs
17986 photos 1415 albums
0 enduros 0 annonces
5063 vidéos 70 lieux

Affichage de la liste des articles sur la pêche de la carpe dans le 26

Articles sur la pêche de la carpe par département - Drôme (26)

Flux RSS des articles sur la pêche de la carpe dans le 26

Pêche en club Suncarpe26

Votez pour cet article:Je vote pour cet article7
Article de TomSuncarpe26 publié le 4 Mai 2010 à 15:02 dans le blog Session 2009 à 2013
Signaler cet article sur la pêche de la carpe au Webmaster Envoyer cet article sur la pêche de la carpe à un ami par email

Nous sommes le vendredi 23 avril 2010.

Ce weekend est dédié à une pêche en commun, avec mon club Suncarpe26. Nous allons nous réunir sur les berges du Rhône, quelques kilomètres au-dessus de Valence.

 

J’arrive au point de rendez-vous, sur les coups de 17h45. Il y a déjà trois équipes installées sur le bas du secteur. Claude, un ancien membre du club, pêche depuis 24h sur un poste, en haut du parcours.

Ses premières paroles me réchauffent le cœur. Il m’annonce que le poisson est plutôt actif, avec la prise de plusieurs carpes, dont une 16 et 21kg.

 

Le temps est splendide depuis plus de quinze jours. La température extérieure excède les 25°C et l’eau est à 16.5°C.

 

Frais matin

 

Avec une grande motivation, je m’installe une centaine de mètres après Claude.

Le poste se situe au début d’un intérieur de virage. J’ai déjà pêché les environs de cette zone.

Tout le long de la bordure, il y a un chenal, avec 5m de fond. A 20m du bord, un grand plateau se forme sur 80m, avec 2 à 3m d’eau. A partir de 100m, je rencontre une cassure rejoignant le chenal navigable.

 

Le Rhône est très calme, je vais essayer d’exploiter la cassure entre le plateau et le chenal, à plus de 100m.

 

 

 

 

 

Je saute dans ma barque avec l’échosondeur, pour déposer un repère, délimitant la fin du plateau.

Je découvre à l’écran de ma petite télé, que les herbiers sont déjà présents, sur certaines zones du haut fond.

 

J’esche une première ligne à la bouillette carnée (crabe/écrevisse), pour la déposer à gauche de mon repère, dans 3.5m de fond.

Le second montage est au pellet de 25mm, pour le présenter devant mon repère, dans 2.5m d’eau.

Pour les deux cannes restantes, je vais quadriller la cuvette en bordure.

Une ligne avec un montage au pellet de 25mm, dans 5m d’eau. Puis une autre, à la bouillette scopex, sur le début du plateau.

Je fais un petit amorçage au pellet de 15 et 25mm, sur les quinze premiers mètres, pour stopper le poisson.

 

Poste

 

Les lignes sont opérationnelles à partir de 19h.

 

Nous sommes 13 pêcheurs, répartis sur 1km de berge.

 

Nous passons la première soirée tous ensemble, chez Fred et David, sur le poste en dessous du mien.

 

En direct, Fred enregistre un départ.

Il part en bateau avec David, pour débloquer le poisson des herbiers. Le combat ne dur pas très longtemps, mais le poisson est de taille.

Il dépose la carpe commune sur le tapis de réception, puis à la pesée, le peson indique 15kg.

Il ouvre les festivités, avec un beau poisson.

 

Je regagne mon campement vers 1h du matin.

 

Mis à part une brème, la nuit a été calme.

Mais je ne suis pas le seul dans ce cas, tout le monde est capot.

 

A 9h, j’ai un départ sur ma ligne de gauche. Je saisis la canne et prends contact avec le poisson.

Quel faux espoir, quand je vois arriver un gros barbeau.

 

Je retends les lignes vers 10h, pour favoriser les prises potentielles de la journée.

 

Je décide d’aller rendre visite à mes voisins du bas. Pendant notre discussion, j’entends crier Guillaume, qui entend hurler Fred. Je comprends le téléphone arabe, je dois avoir un départ. Je retourne le plus vite possible sur mon poste, à plus de 800m.

Pour une fois que je m’éloigne de mes cannes !

 

Arrivé sur place, l’écureuil de ma deuxième ligne de droite est collé à ma canne. Le poisson a pris le courant, pour descendre plusieurs mètres en dessous de mon repère.

En voyant ça, je ferre aussitôt.

Je prends ma barque et rame jusqu’au repère, pour prendre contact avec le spécimen.

Après la délivrance de plusieurs herbiers, le combat s’engage. Cela n’est pas violent, mais le poisson semble imposant. Après quelques minutes, je hisse la carpe dans mon embarcation. Le poisson est plus long que la largeur de ma barque, certainement plus d’un mètre.

 

17kg17kg

  

Arrivé sur la berge, l’aiguille de mon peson indique 17kg. Une très belle commune, toute en longueur. Je procède à une séance photo, puis je relâche la mémère.

 

 

 17kg17kg

 

 

Au poste d’en dessous, Fred et David font quelques poissons entre 9 et 12kg avec plusieurs décrochages.

 

Vers midi, je vois passer une péniche au large, traînant un zodiac kaki avec un moteur.

Bizarre ! On dirait un bateau de pêcheur.

 

Nous mangeons tous ensemble et discutons de cette péniche. Au même moment, une personne de la CNR nous informe qu’une péniche a trouvé un zodiac à la dérive sur le Rhône. Pas de réaction de notre part, sauf quelques moqueries.

 

Vers 16h, avec Xavier, je décide d’aller faire les courses pour le barbecue de la soirée. Je n’aime pas m’éloigner de mes cannes, mais il faut bien un volontaire pour pouvoir manger ce soir.

Je ne mets pas plus d’une demi-heure.

A mon retour, je retrouve une de mes lignes relevée.

Que s’est il passé ?

 

Fred m’annonce une belle prise, une jolie carpe commune de 15kg. Je suis content et à la fois en colère, d’être parti à ce moment-là.

Tant-pis, mais je n’ai pas de photo.

 

Poste

 

Quelques minutes plus tard, je reçois la visite de la gendarmerie.

Les gendarmes commencent à me raconter qu’ils recherchent le propriétaire d’un zodiac de couleur kaki avec un moteur thermique. Le matériel est stationné à l’écluse de Gervans.

Je leurs récite à mon tour, la version de la CNR de ce matin.

Nous discutons de pêche pendant une bonne demi-heure, en montrant mes belles photos de la 17kg.

 

Puis ils descendent sur les postes d’en dessous.

Je vois au loin, Guillaume en train de monter dans le véhicule de la gendarmerie. Je comprends de suite ce qu’il se passe.

Il s’agissait du bateau de Guillaume. Personne n’a compris pourquoi il n’avait pas réagit plus tôt.

Nous nous sommes bien foutu de sa gueule.

 

Avec une énorme chance et un sympathique conducteur de péniche, Guillaume récupère son zodiac avec le moteur de 5ch.

 

Nous passons la soirée autour d’un barbecue garni de viande. La bonne humeur et la convivialité sont à leurs apogées.

 

Le repas est interrompu par un départ sur l’une des cannes de Fred.

Il sort un beau poisson de 15kg.

 

Pendant que je dévore une cuisse de poulet, ma centrale se met à hurler. C’est la ligne de droite. Je cours à toute vitesse vers mon rod-pod, pour mettre fin à ce violent départ.

Je saute dans la barque et navigue jusqu’au poisson. Le combat est virulent, je dérive rapidement sur le poste de David.

Après quelques efforts, le poisson glisse à l’épuisette.

Je pèse une jolie commune de 12.5kg.

 

12.5kg12.5kg

 

Je repose la ligne et rejoins mon sac de couchage.

 

La nuit est très calme, pas un seul bip.

 

Au lever du jour, personne n’a sorti de carpe de la nuit.

 

Je range mes affaires sur les coups de 9h30, pour regagner mon domicile.

 

Le poisson était vraiment entre mon poste et celui de Fred et David. Nous avons réalisé une pêche digne de ce nom. Une très belle pêche en commun, avec le Suncarpe26.

Nous avons sorti de beaux poissons, deux de 15kg, 17kg, 12.5kg …, le plus petit fait 9kg.

Cela fait du bien après mes dernières pêches de prospection.

Thème: Sessions de pêche | Département: Drôme (26) Lien permanent | Voir les 5 commentaires
Tags: - -

Suite de la prospection

Votez pour cet article:Je vote pour cet article7
Article de TomSuncarpe26 publié le 26 Avril 2010 à 15:29 dans le blog Session 2009 à 2013
Signaler cet article sur la pêche de la carpe au Webmaster Envoyer cet article sur la pêche de la carpe à un ami par email

Nous sommes le vendredi 16 avril 2010.

Je vais retourner pêcher sur le vieux Rhône, en dessous de Valence.

Cette session sera classée une nouvelle fois dans la section découverte. Je vais prendre possession des lieux, quelques kilomètres au-dessus du poste de la semaine dernière.

 

J’arrive sur place vers 17h30.

En une semaine de beau temps, le Rhône s’est très nettement éclairci.

 

Je prends ma barque avec l’échosondeur, pour repérer les zones de pêches intéressantes.

Je retrouve les mêmes digues que le weekend dernier, servant à casser le courant.

La tendance est plutôt sur un fond dur en roches et en galets.

 

 

 

 

Poste

 

 

 

Je me retrouve entre deux digues, formant une grosse cuvette. Le plus profond frôle les 9m d’eau, rejoignant la berge d’en face dans 1m de fond. Les abords du trou sont très pentus, avec des cassures très prononcées.

Je déroule deux repères pour marquer les différents niveaux de fonds.

 

J’installe mon rod-pod sur une pointe de digue, afin d’exploiter au mieux la zone de pêche.

 

 

 

 

 

 

 

Je dépose ma première ligne au pied d’un repère, sur la berge d’en face, dans 1.5m de fond. Le montage est esché au pellet de 25mm.

Pour la deuxième et troisième lignes, je les dispose dans la cassure, à gauche dans 3m et à droite dans 6m d’eau, près d’un autre repère.

Les hameçons sont garni d’un pellet de 25mm et d’une bouillette carnée.

La dernière canne eschée au pellet, va exploiter le côté droit, sur un petit plateau de roches.

 

 

 

 

 

Poste

 

Il est 19h, le matériel est opérationnel.

 

Depuis le weekend dernier, la température de l’eau a augmentée de 1.5°C, pour passer à ~13°C au lieu de 11.5°C. C’est encore froid, mais j’espère que le poisson s’alimentera.

 

A 20h, le scion de ma canne de gauche se courbe et le moulinet dévide quelques mètres de fils. Je bondis immédiatement, mais rien !

Peut être une brème ?

 

 

 

 

 

 

 

Je mange et me couche vers 23h.

 

Je suis réveillé au lever du jour, par une touche de brème sur la ligne de gauche.

Je ramène le poisson et retends le montage sur le repère.

 

 

 

 

 

Lever de soleil

 

J’en profite pour prendre de belles photos, du soleil levant sur le Rhône.

 

Encore un weekend qui ne s’annonce pas violent.

 

Vers 9h, je refais le montage de ma canne de droite, pour enfiler un plomb amorçoir avec un petit hameçon n°8.

Je ne vais pas perdre une miette de cette journée de pêche. Je prépare un amorçage à la farine, composé de maïs doux et de pellet de 7mm.

Je vais essayer de rapatrier les petits poissons et carpes, sur un coup de bordure.

 

Mais avec grande déception, cela ne paye pas.

Pas une touche de la journée !

 

Pour la nuit, je remets les lignes en place vers 17h.

 

Je me réveille comme la nuit précédente, avec une brème pendue à la ligne de gauche.

 

La nuit est une nouvelle fois très calme.

 

Vers 9h, je commence à plier, car je suis de repas de famille, à une heure de chez moi.

 

Le bilan est encore très maigre, le poisson n’est pas encore actif.

L’hiver a été long, cela se paye !

Thème: Sessions de pêche | Département: Drôme (26) Lien permanent | Voir le commentaire
Tags: -

Prospection vieux Rhône

Votez pour cet article:Je vote pour cet article6
Article de TomSuncarpe26 publié le 26 Avril 2010 à 15:22 dans le blog Session 2009 à 2013
Signaler cet article sur la pêche de la carpe au Webmaster Envoyer cet article sur la pêche de la carpe à un ami par email

Nous sommes le vendredi 9 avril 2010.

Je vais pêcher sur le vieux Rhône, en dessous de Valence.

Cette session sera classée dans la section découverte. Je ne connais absolument pas les lieux et souhaite découvrir les carpes qui s’y cachent.

 

J’arrive sur place vers 17h30. Le niveau de l’eau est assez haut, le poste est recouvert d’une petite zone marécageuse. Je m’installe dans les roseaux, avec les cannes disposées sur des piquets.

 

Poste

 

Je prends mon embarcation avec l’échosondeur, pour passer plus d’une heure à scruter les fonds.

Le terrain est très changeant, des anciennes digues immergées sont présentes, pour casser le courant en cas de forte crue.

La tendance est plutôt sur un fond dur en roche, mis à part la bordure devant moi, constituée de sable, avec quelques herbiers restant de l’année dernière.

La profondeur varie de 1.5m à 7.5m près de la berge d’en face.

 

Pour trouver le passage des poissons, je dispose quatre lignes dans différents fonds.

Une première sur la bordure de gauche, dans 3m, sur du sable. L’hameçon est garni d’un pellet de 25mm.

Je dépose la seconde ligne eschée de la même manière, sur les roches de la berge d’en face, dans 4m de fond.

Je présente le troisième montage entre deux digues, dans 6m d’eau, à la bouillette carnée.

Pour la dernière canne, je dépose la ligne au pellet, sur la berge d’en face, sur une digue de roche, dans 3m d’eau.

 

Avec la fin de la crue, le Rhône n’est pas très beau, l’eau est encore trouble et froide (~11.5°C).

Poste

 

Le poste est un paradis, la faune et la flore forment un endroit de repos, laissant mon âme se balader parmi les gazouillements des oiseaux.

 

Irwin passe me voir après son boulot, vers 19h30.

Il tombe littéralement amoureux du poste.

 

Je mange et m’allonge vers 22h30.

Je n’ai pas le temps de fermer les yeux, mon deuxième détecteur de gauche s’emballe. Je chausse mes bottes et cours vers les cannes.

 

 

 

Trop tard !

La touche s’arrête nette, l’écureuil ne bouge plus. Je prends quand même la canne pour ferrer, au cas où.

Avec déception, je ramène la ligne sans poisson.

Dans la foulée, je repose le montage sur la berge d’en face.

 

Je suis réveillé au lever du jour, par le chant des oiseaux. C’est plus agréable que le réveil de la semaine.

 

La nuit a été très calme. A part quelques bips intempestifs, rien d’autre.

 

Je sors une brème dans la matinée, mais rien d’extraordinaire.

 

Biwy

 

Je décide de faire une sieste après manger.

Soudain, vers 15h, j’attends du bruit dans les roseaux de droite. Une bête approche doucement en direction de l’entrée de ma tente. Il s’agit certainement d’un ragondin. Je ne crains pas ce genre de bestiole.

Mais quand la bête se présente devant la tente, ma réaction est plutôt violente.

Il s’agit d’une grosse couleuvre de plus d’un mètre. Elle dresse sa tête 10cm au-dessus de mon tapis de sol, en ma direction. On se fixe pendant quelques secondes, puis je lui fais peur en bougeant les mains.

Le reptile fait demi-tour, pour recommencer un mètre plus loin sur le côté droit de mon tapis de sol.

Je le fais fuir dans les roseaux, en tapant dans les mains. Même s’il s’agit d’un animal inoffensif, je n’aime pas trop ce genre de bête rampante. Enfin, voilà une sortie de sieste très palpitante.

 

Pour la deuxième nuit, Irwin me rejoint sur le poste d’à côté.

 

La nuit est une nouvelle fois très calme.

Au lever du jour, Irwin m’apprend la prise d’un petit silure. Pas de trace des carpes !

 

Vers 9h, je commence à plier, quand soudain mon détecteur de gauche s’emballe violemment.

Je ferre le poisson et comprends de suite qu’il s’agit d’un silure. Par précaution, je prends la barque pour finir le combat. Au bout d’une bonne demi-heure, je hisse le spécimen sur le bateau.

La bête fait 1.72m pour plus de 40 à 45kg. Il est énorme !

 

Je relâche le poisson et finis de ranger mon matériel.

 

Le bilan est plutôt maigre, mais le Rhône n’est pas encore à son meilleur niveau.

Les silures ont très certainement dérangés les carpes.

 

Je reviendrai un peu plus tard sur ce joli poste.

  

Thème: Sessions de pêche | Département: Drôme (26) Lien permanent | Voir les 2 commentaires
Tags:

Prospection et découverte

Votez pour cet article:Je vote pour cet article14
Article de TomSuncarpe26 publié le 26 Mars 2010 à 11:12 dans le blog Session 2009 à 2013
Signaler cet article sur la pêche de la carpe au Webmaster Envoyer cet article sur la pêche de la carpe à un ami par email

Nous sommes le samedi 20 mars 2010.

Ce weekend est dédié à la découverte et prospection de nouveaux postes de pêche.

 

Je n’avais pas prévu de pêcher ce weekend mais avec 24 heures de disponibles, pourquoi pas ?

Ma destination est une retenue de barrage, qui me turlupine le cerveau depuis quelques temps.

 

Je pars de chez moi le samedi matin, vers 10h. Le Kangoo et la barque sont chargés, pour une aventure à cinquante kilomètres, au sud de Valence.

J’arrive sur place, vers 10h45.

La première chose que je vois, m’horripile, je me mets à crier au ciel, en injuriant le monde. Le poste de pêche est recouvert de laine de verre et de placo. Encore un artisan qui n’a pas pris la peine d’emmener ses ordures à la déchetterie. C’est tellement plus simple de jeter sa merde, sur les bords du Rhône !

 

 

DechetDechets

 

 

Après avoir repris mes esprits, je décharge ma barque et installe le moteur avec l’écho-sondeur. Je ne connais absolument pas les lieux. Je sonde minutieusement le terrain de jeu, en détectant les variations de fonds et leurs textures. Je distingue très rapidement un plateau partant du bord, jusqu’à 25m, puis une descente régulière, allant à 8.5m de profondeur. Le haut fond est encombré par de grosses branches, sur un sol recouvert d’une petite couche de vase.

Le milieu reste banal, très plat, avec 8.5m de fond.

Arrivé sur la berge d’en face, je découvre une très belle digue en roche et un mur de béton, en pente douce. Ce mur descend jusqu’à 4m d’eau, puis il présente une chute vertigineuse jusqu’à 11m de profondeur.

La digue de droite présente de multiples avantages. La pente de roches est régulière sur 25m, se prolongeant dans 10m de fond.

 

 

Poste

 

Enfin, je passe plus de 2 heures sur la barque, pour découvrir ce nouveau milieu halieutique.

 

Une fois de retour sur la berge, mon estomac crie famine. Je dévore un plat de haricots avec pas moins de trois côtes de porc.

 

Le temps est magnifique, le printemps est peut-être arrivé. Il doit faire 20°c et le soleil brille de ses plus beaux rayons.

La température de l’eau est à 8°c, encore très froide.

 

 

 

 

 

 

 

 

Il est 14h, je prends tout mon temps, pour préparer mes lignes avec les appâts.

Je bourre quatre chaussettes solubles de pellets en 7 et 15mm, puis je fais tremper quatre pellets de 25mm, dans du BHA.

 

Il est 15h30, je commence à tendre mes lignes.

 

Comme vous l’avez compris, je pêche exclusivement au pellet. Un appât très attractif pour les pêches rapides.

 

 

 

 

 Batterie

Je tends ma première ligne de droite, sur la digue d’en face. Je dépose le montage sur une belle roche plate, dans 7m de fond.

Pour la seconde canne, je présente le montage dans 4m, sur le mur en béton, de la berge d’en face.

En ce qui concerne les deux autres lignes, je vais exploiter la pente du haut fond, présente devant moi. La ligne de gauche, dans 5m et la deuxième, dans 8m d’eau. Je forme une sorte de barrage, pour stopper les poissons naviguant le long du plateau.

  

Il est 16h30, les cannes sont opérationnelles.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Couchage 

Malheureusement, Météo-France annonce la pluie pour demain.

Pour passer une nuit, je ne me tracasse pas la tête, j’aménage mon kangoo en camping-car.

 

Vers 20h, Irwin me rend une petite visite de courtoisie.

Puis, je rejoins les bras de Morphée, à 23h.

 

Je suis réveillé par deux bips en touche retour, puis plus rien. Il s’agit de la deuxième ligne de droite, sur le mur. Le plomb a très certainement légèrement glissé dans la pente.

 

 

   

 

 

J’ouvre les yeux plusieurs fois dans la nuit, toujours rien !

Puis le jour se lève, sans une carpe sur le tapis de réception.

 

Cela ne sera pas pour cette fois, tant pis !

 

Je plie bagage vers 10h, pour partir plus au sud, sonder un autre secteur de pêche.

 

En 24 heures, sur un coin que je ne connaissais pas, je ne pouvais pas demander la lune.

Mais un poisson, aurait été le bienvenu !

 
Thème: Sessions de pêche | Département: Drôme (26) Lien permanent | Voir les 5 commentaires
Tags: -

12 pages  «1 2 3 4 5 6 7 8 9»

Aide - Config - Logos - Annonceurs - Copyright © 2000-2024 PowerCarp - Tous droits réservés - Contact - Charte - C.G.U. - Nouveautés
Connexion - Inscription - Fils d'information RSS - Dernière évolution: le 11 Février 2023 - Plan du site - Téléchargements
CarpCup - PowerPredator - PowerAngling
Google
Domaine des Carpes Sauvages