Accueil PowerCarp
2634 articles 627 blogs
17986 photos 1415 albums
0 enduros 0 annonces
5063 vidéos 70 lieux

 

Plan d'eau

 

Article de TomSuncarpe26 publié le 25 Avril 2013 à 10:00 dans le blog Session 2009 à 2013
Signaler cet article au Webmaster Envoyer cet article de pêche de la carpe à un ami par email
Thème: Sessions de pêche | Département: Drôme (26) Votez pour cet article:Je vote pour cet article9

Nous sommes le vendredi 19 avril 2013.

Cette nouvelle année 2013 ne nous gâte pas vraiment en ce qui concerne la météo. J’admire briller le soleil par la fenêtre de mon bureau la semaine, pour me battre avec la pluie, le froid et le vent pendant les weekends de pêche.

C’est quand même râlant !

 

Pour rester dans la continuité des galères climatiques, suite à l’abondance des chutes de neige cet hiver, le Rhône est encore en crue, due à la fonte activée par la chaleur de la semaine dernière.

 

Une fois de plus, il faut trouver un plan d’eau de repli pour ce weekend.

Avec l’arrivée des douceurs printanières, les carpistes sont de sortis. Avec notre fleuve favori non praticable, les plans d’eau sont pris d’assaut.

 

J’ai une petite chance de trouver la tranquillité sur un petit lac près de chez moi. Il est peu pêché et vu la mauvaise météo annoncée, il restera que les plus courageux au bord de l’eau.

 

Je quitte le boulot vers 17h, je fais la route sous la pluie pour rejoindre les berges du petit lac qui m’attend.

J’arrive sur place un quart d’heure plus tard. Il n’y a pas de carpiste à l’horizon, le champ est libre.

Par chance, la pluie cesse quelques instants. J’en profite pour m’installer confortablement.

 

Poste Poste

 

Avec l’apparition des premières chaleurs, le fond du plan d’eau s’est recouvert de petites algues vertes. Je mise beaucoup sur la présentation des montages, qui peuvent vite être inopérant dans cette végétation.

 

Je confectionne quatre montages assez longs, avec des bas de lignes en tresse gainée « combi-link ».

J’esche trois cheveux avec de la noix tigrée et un morceau de liège pour alléger un maximum l’appât. Il faut impérativement que le piège reste au-dessus des algues.

La dernière ligne est présentée à la bouillette épicée en bonhomme de neige.

 

Je prépare également quatre filets solubles avec du pellet en 7 et 15mm.

Montage Pellet

 

C’est à ce moment-là que mon collègue de pêche « David », arrive pour s’installer à côté de moi.

Nous bavardons un peu et étudions notre stratégie d’attaque.

 

Sur mon poste, je vais exploiter la berge d’en face bordée d’arbres surplombant l’eau et le lit de la rivière qui traverse le plan d’eau.

Spot Spot

 

David va positionner ses quatre lignes dans différentes configurations de profondeur. De son côté, les fonds sont irréguliers.

 

Je me saisis de mon embarcation et dépose deux lignes très près du bord d’en face et les deux autres montages dans le chenal.

 

Je place mes montages avec la plus grande attention. J’enfourche mon hameçon dans la chaussette soluble et plonge la ligne bien à plat sur le fond, sans tirer le montage.

De cette manière, mon esche est équilibrée sur le matelas de pellet dissous, écrasant le duvet d’algue verte. La présentation est optimum pour gruger une mémère.

J’arrose le tout de plusieurs poignés d’un mélange de noix tigrées, chènevis et pellet en 7mm.

Graines Noix tigrées

 

Je rejoins David pour voir l’état d’avancement de son installation.

 

J’ai à peine le temps de l’apercevoir que l’un de mes détecteurs émet quelques bips.

Je cours devant ma batterie, le swinger bleu est en haut et le sillon bouge légèrement. Je prends aussitôt la canne pour ferrer.

 

La ligne est bien bloquée dans un obstacle. Je saute dans la barque pour avoir une chance de décoincer ce poisson.

Une fois au-dessus de l’encombrement, je ressens bien des coups de tête. J’aperçois une branche et la carpe naviguant sur le fond.

Avec quelques manipulations, je parviens à libérer la ligne et prendre contact avec le spécimen.

Le poisson m’entraine dans les arbres à plusieurs reprises, mais je gagne cette lutte en emprisonnant mon compagnon de jeu dans les mailles du filet.

De retour sur la terre ferme, le peson m’affiche un poids de 13.5kg. C’est une miroir toute ronde, bien grassouillette.

Nous faisons les photos justes avant la nuit noire, puis je remets la carpe à son élément.

13.5kg 13.5kg

 

Je repars aussitôt remettre la ligne en place, sous les arbres de la berge opposée.

 

David enregistre déjà quelques touches de blanc sur sa canne de droite, mais cela reste sans suite.

 

Nous nous installons confortablement pour boire un verre à notre future 30kg et pour dévorer une bonne quiche maison.

 

Nous avons à peine le temps de finir notre petit festin, que j’entends un de mes détecteurs sonner et aperçois la LED bleu allumée.

D’un pas de course effrénée jusqu’au rod-pod, je me saisis de la canne et stoppe le poisson.

Le combat n’est vraiment pas violent. Le poisson donne quelques coups de tête sur la bordure et se laisse épuiseter.

 

C’est une petite carpe miroir d’environ 4 kg que je dépose sur le tapis de réception.

Je fais tout de même une photo pour cet article et relâche ce poisson.

4kg 

 

Je repars à l’abordage pour déposer cette ligne bien productive.

 

Nous regagnons nos sacs de couchage vers 23h.

 

Mis à part le bruit du vent dans les arbres, les détecteurs restent mués pendant la nuit.

 

David décroche un poisson dans le milieu de son sommeil.

 

Nous retendons nos lignes sous la pluie et le vent, en début de matinée. Il fait vraiment froid par rapport à la belle semaine passée.

La température de l’eau est à 11°C, c’est encore très juste pour rendre l’activité des poissons à son meilleur niveau.

 

Il est déjà midi, nous avons du temps pour peaufiner le repas, autant en profiter. Nous nous réchauffons autour d’un émincé de poulet à la crème et aux champignons.

 

A 14h, je décide de repositionner la ligne à la LED bleu.

Toujours rien !

Cela n’est pas normal !

 

J’avais bien raison, une heure plus tard le détecteur s’emballe violemment.

En prenant la canne en main, je m’aperçois très vite que le poisson est coincé dans des branches.

Je saute dans ma barque et rame jusqu’à la berge d’en face. Le poisson est bien au bout mais bloqué sous le sillon.

Je ressens un coup de tête violent et la ligne se débloque avec le bas de ligne en moins. Zut !

 

On ne peut pas gagner à tous les coups !

 

Je remets mon montage à neuf et retends la ligne au même endroit.

 

Il faut attendre la fin de journée pour entendre un nouveau son de détecteur.

C’est encore la même bobine qui tourne.

Le poisson ne semble pas très gros, je n’ai aucun mal à l’emprisonner des filets.

C’est une nouvelle carpe miroir de quelques kilos.

 

Décidément, cette ligne est vraiment intéressante. Les autres restent dans le néant.

 

Pour le repas du soir, ce sont des pates à la Carbonara au menu.

Une fois la peau du ventre bien tendue, nous allons nous coucher vers 23h.

 

C’est dans mes rêves les plus profonds que je suis réveillé par le détecteur bleu, vers 3h30.

J’enfile les chaussures et ferre le poisson. Le contact est rude, je pense avoir affaire à plus lourd. Le combat est plus soutenu et les va-et-vient de cette carpe confortent mon idée.

 

Après quelques efforts, je hisse le spécimen au fond de l’épuisette.

C’est une belle commune !

 

Le peson m’affiche un poids de 13.8kg.

Je décide de mettre ce joli poisson au sac de conservation pour faire une belle séance photo sur le matin.

13.8kg 13.8kg

 

Après ce bon moment, je retourne à mes rêves.

 

Mes paupières se soulèvent aux alentours de 8h, éblouies par une tentative de percer du soleil.

 

Je relève tous les montages pour les replacer, afin de terminer convenablement cette matinée.

 

De son côté, David n’a pas était gêné dans son sommeil. Les détecteurs sont restés dans la pénombre.

Batterie
 

 

Nous déjeunons autour d’un bon gâteau (merci ma chérie) et contemplons nos dernières heures de pêche.

 

Nous rangeons un maximum de nos affaires, pour les monter à la voiture. Enfin, il ne reste plus que les batteries de canne.

 

Après une petite Despé, nous dégustons notre repas de midi, composé de tortellini à la sauce tomate.

 

Rien à faire, il n’y aura pas de nouvelles carpes sur le tapis avant notre départ.

 

Nous faisons extinction des feux à 13h. Les véhicules sont pleins pour faire route vers nos domiciles respectifs.

 

Je suis assez satisfait de cette session de pêche. J’ai eu la chance de prendre 4 carpes dont 2 jolis poissons.

Mes seuls regrets sont de ne pas être arrivés à trouver d’autres spots productifs et de voir partir David sans avoir piqué un poisson.

Cela sera pour une prochaine fois !

Tags: - Lien permanent | Ajouter un commentaire

2 commentaires sur cet article


Et oui la météo nous joue des tours exceptionnels en ce début de saison. Je n'ai pu tremper les fils en Saône qu'une seule fois pour le moment. Elle n'arrête pas de faire le yoyo.

Et ce n'est pas avec ce qu'ils annoncent ces deux prochains jours que cela va s'arrêter.

Je crois que je ne vais plus travailler que les week-ends si çà continue.

Belle petite pêche tout de même .....

Ecrit par couzchain le Vendredi 26 Avril 2013 à 04:29 Signaler ce commentaire au Webmaster

bravo ! moi je galère sec pour avoir des départs, même dans des plans d'eau"faciles" !

De superbes poissons à la clé pour toi ! 

 

seb.

Ecrit par seb28 le Mercredi 1 Mai 2013 à 09:55 Signaler ce commentaire au Webmaster

Ajouter un commentaire

* Champs à renseigner obligatoirement
* *  
*

Inscrivez ci-dessous le code de sécurité de 5 lettres qui apparait dans l'image
*  

Une fois tous les champs du commentaire renseignés, appuyez sur le bouton ci-dessous
Une fois votre commentaire envoyé, il sera mis en ligne et vous reviendrez sur votre article

Aide - Config - Logos - Annonceurs - Copyright © 2000-2024 PowerCarp - Tous droits réservés - Contact - Charte - C.G.U. - Nouveautés
Connexion - Inscription - Fils d'information RSS - Dernière évolution: le 11 Février 2023 - Plan du site - Téléchargements
CarpCup - PowerPredator - PowerAngling
TomSuncarpe26
Google
Domaine des Carpes Sauvages